Héroïne ratée des temps modernes, Jessica Jones est certainement la série la plus féministe de l’année. Elle donne la parole à la super-héroïne déchue du même nom, interprétée par Krysten Ritter, qui à l’aube de la trentaine, décide de donner à sa vie un autre tournant en devenant détective privée. La série, dont la première saison est disponible sur Netflix depuis le 20 novembre, est créée par Melissa Rosenberg, à qui l’on doit le scénario de tous les Twilight, ainsi que l’adaptation de Dexter. Une occasion rêvée de confirmer, après Daredevil, la qualité des séries Marvel signées Netflix.

© NETFLIX. TOUS DROITS RÉSERVÉS.
© NETFLIX. TOUS DROITS RÉSERVÉS.

Série féministe, pour plusieurs raisons. Déjà visible à travers le personnage de Trish (Rachael Taylor), qui devient, après un entraînement physique intensif, une véritable acolyte pour Jessica, la tendance clairement féministe de la série est confirmée avec l’héroïne en elle-même. Pas seulement parce que le personnage principal est une femme : plutôt parce qu’elle est une femme aux nombreux défauts, montrée telle qu’elle est réellement. Mais surtout, Jessica est une femme forte qui n’a pas peur de se défendre : si sa force surnaturelle devient pour elle un instrument utile lors de divers combats, l’héroïne fait preuve de prouesses physiques égalant celles d’un homme, et pas n’importe lequel : Luke Cage (Mike Colter), l’homme indestructible. Plus encore, sa force de caractère la rend peu à peu immunisée contre le grand pouvoir de Kilgrave (David Tennant), duquel elle parvient à prendre son indépendance. Avec son caractère bien trempé, et son métier de détective privé, Jessica Jones n’est pas sans rappeler une autre série portant le nom d’une héroïne, dans laquelle l’actrice a d’ailleurs fait une apparition : à en croire les similarités entre les deux personnages, et l’atmosphère relativement sombre de la série, Veronica Mars aurait presque pu servir d’inspiration pour Jessica Jones.

© NETFLIX. TOUS DROITS RÉSERVÉS.
© NETFLIX. TOUS DROITS RÉSERVÉS.

Pour l’occasion, Krysten Ritter est même plutôt bien entourée : si le casting semble bien choisi (nous reparlerons de Mike Colter à la sortie de la série centrée sur Luke Cage mais de ce qu’on a pu en voir, il semble donner une prestation plutôt fidèle du personnage), c’est encore une fois le fabuleux David Tennant qui sort du lot, avec performance subjuguante du personnage de Kilgrave. L’ancien Doctor aurait presque réussi à nous faire éprouver de la pitié pour son personnage sociopathe.

Pour comparer la série à sa compère Daredevil, Jessica Jones se montre de façon générale beaucoup plus intéressante. Dans notre cas, la série comporte beaucoup moins de scènes inutilement bavardes. De même, l’intrigue de Jessica Jones tient le spectateur en haleine jusqu’aux toutes dernières minutes du final, ce qu’on avait du mal à retrouver chez sa camarade. On salue également l’initiative de Marvel qui ne s’est pas simplement servie de la première saison de la série pour introduire le personnage de Luke Cage, mais qui a choisi de véritablement l’intégrer à l’intrigue de Jessica Jones. De quoi nous donner l’eau à la bouche quant à la suite de la série, les fans pourront en attendant retrouver Luke Cage dans sa propre série sur Netflix, pas plus tard que l’année prochaine.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here