Synopsis 

Artiste aussi douée que volontaire, Sabine De Barra conçoit de merveilleux jardins. En 1682, son talent lui vaut d’être invitée à la cour de Louis XIV, où le célèbre paysagiste du roi, André Le Nôtre, fasciné par l’originalité et l’audace de la jeune femme, la choisit pour réaliser le bosquet des Rocailles. Ce sera une pièce maîtresse des jardins, la salle de bal à ciel ouvert du nouveau palais que le Roi Soleil souhaite créer à Versailles pour éblouir l’Europe.

Tout en donnant son maximum et en menant l’incroyable chantier pour terminer à temps, Sabine s’aperçoit vite qu’à la cour, le talent ne suffit pas : il faut aussi maîtriser l’étiquette et savoir naviguer dans les eaux troubles des intrigues. La jeune femme défie les barrières sociales et celles liées à son sexe ; elle noue même une surprenante relation avec le roi et gagne la confiance du frère du souverain, Philippe. Au-delà des interdits et des passions, au coeur d’une cour sur laquelle le monde entier a les yeux rivés, Sabine et Le Nôtre vont tout donner pour porter le rêve de leur vie malgré les obstacles…

© DR
© DR

Il est vrai que les critiques ne sont pas tendres avec le dernier et deuxième film d’Alan Rickman. « Trop scolaire », « mal taillé », tel est le ressenti de quelques cinéphiles  qui s’attendaient peut être à un film historique à la gloire de Versailles ou à un cours de jardinage. Chez Untitled pourtant, ce sont le charme et la douceur qui l’ont emporté.

Devant Les jardins du roi, la première chose qui s’empare du spectateur, c’est la surprise. Alan Rickman incarne Louis XIV, Kate Winslet a le teint aussi frais et jeune que dans Titanic, quant à Matthias Schoenaerts, on se demande ce qu’il fait là. C’est donc bien un « little chaos » (titre original du film), que nous propose Rickman, acteur accompli (Harry Potter, Die Hard, Love Actually) et réalisateur pour la seconde fois. Les trois acteurs, personnages principaux de l’histoire versaillaise, forment un trio improbable  mais néanmoins efficace, surtout les deux derniers, qui chacun à leur façon donnent une âme bien particulière à Sabine de Barra et André LeNôtre. Couple mystérieux, engagé dans une romance douce et discrète, la charmante roturière et le jardinier favori du roi sont divins.

© DR
© DR

Leur idylle, qu’on devine être le centre de l’intrigue, se tisse autour d’un travail et d’une passion commune pour l’art du paysagisme et doucement le charme opère entre eux comme sur le témoin.

Savoureuse, la tâche qui leur incombe l’est tout autant, mais bien plus compliquée. Ils doivent construire, sur ordre du roi, une salle de balle extérieure dans un coin des jardins du château. C’est ici il est vrai que Rickman pêche. La construction du bosquet des Rocailles n’est que très partiellement exposée. Le résultat, que l’on peut admirer quelques secondes seulement à la fin, ne déçoit certes pas, mais Rickman semble s’être tellement focalisé sur l’aspect romantique de son film, que l’objet final semble sortir de terre aussi soudainement qu’un enfant né par césarienne, sans les neuf mois de gestation…

Le reste pourtant n’est qu’enchantement.  Les costumes, sublimes de couleurs et de bling bling, volumineux et imposants, rappellent parfaitement le faste et la richesse de l’époque. Les décors, et tout particulièrement les jardins, donnent toute leur douceur au film, et l’on se sent à chaque fois comme transporté dans un de ces petits coins de campagne bucolique que la France fournit souvent.

Mention particulière aux chefs jardiniers et accessoiristes qui ont imaginé le verger féérique de la maison où Kate Winslet demeure et entretient sa main verte.

https://www.youtube.com/watch?v=coA22qMfZ8A

Les jardins du roi
Un film d’Alan Rickman.
Avec Alan Rickman, Kate Winslet, Matthias Schoenaerts…
Sortie le 6 mai 2015.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here