logo UNTITLED MAGAZINE
Le webzine des plaisirs culturels
Rechercher
Instagram Facebook Twitter

Rentrée littéraire : “L’été où tout a fondu” de Tiffany McDaniel

2 janvier 2023, par Marie Heckenbenner

Après avoir conquis des milliers de lecteurs et de lectrices avec Betty, la romancière Tiffany McDaniel présente son tout premier roman, L'été où tout a fondu. Un ouvrage émouvant et bouleversant, sur la différence et l’intolérance qui touche à la pureté de l’enfant, à sa beauté et décrit avec brio la fin de l’innocence.

Chronique d’une Amérique profonde

Alors qu’une grosse canicule s’abat sur la petite bourgade de Breathed, dans l’Ohio aux Etats-Unis en plein été 1984, le jeune Fielding rencontre un petit garçon, Sal. Seul, peau noire aux yeux verts, il dit être le diable et prétend avoir été invité. La veille, le procureur Autopsy Bliss, le père de Fielding avait en effet posté une annonce dans le journal local invitant le diable à venir dans sa petite ville. Cet enfant, perdu mais heureux d’être accueilli dans un foyer, serait-il vraiment l’incarnation du mal ? Persuadé qu’il a affaire à un enfant en fugue d’une des fermes voisines, le procureur décide de l'accueillir dans sa famille. Mais le reste de Breathed, où l’intolérance se cache derrière de grands sourires, ne tardera pas à le prendre en grippe.

Fielding, le fils d’Autopsy, se prend d’amitié pour ce jeune garçon étrange mais touchant. Le garçon, aujourd’hui devenu un vieil homme, se souvient. Ils étaient comme deux inséparables qui courent à travers bois, rêvent des filles, admirent le père et la grand-mère. Tels deux innocents, ils profitent d’un été dans une petite ville des Etats-Unis en plein changement climatique et moral.

“La chaleur est arrivée avec le diable. C’était l’été 1984. Le diable avait bien été invité, mais pas la chaleur. On aurait pourtant dû s’y attendre. Après tout, la fournaise n’est-elle pas un attribut du diable ? L’un ne va pas sans l’autre. Cette chaleur n’a pas seulement fait fondre des réalités tangibles, telles que la glace, le chocolat ou les popsicles. Elle a aussi fait fondre des choses abstraites. La peur, la foi, la colère, ainsi que les repères les plus fiables du sens commun. Elle aussi fait fondre des vies, les privant d’un avenir, enseveli sous les pelletées de terre du fossoyeur”.

L’enfer, c’est les autres

Que faire quand tout commence à dérailler ? Face à cette température qui ne cesse de grimper, des événements mystérieux se produisent. Les habitants se plaignent, le grand frère de Fielding subit du harcèlement, des groupes se forment, des prières sont dites… Tous accusent Sal, ce jeune garçon, de leurs maux. Pour Fielding, ce jeune inconnu qui le suivra dans ses aventures dans les champs sera comme un frère, mais il paiera de cette amitié la perte de l’innocence et la découverte de la violence et la méchanceté des hommes. “Quelque chose dans ses yeux me faisait penser à la Russie. Peut-être parce qu’ils étaient si grands, le plus grand pays dans le monde de son visage. Mais bon, sachant ce que je sais à présent, c’était peut-être parce que ses yeux ressemblaient tellement à des matriochkas, dissimulant celui qu’il était vraiment dans de mystérieuses boîtes laquées.

Pour son premier roman, Tiffany McDaniel choisit le prisme de l’enfance pour traiter de sujets forts que sont le racisme, l’homophobie et la croyance déformante d’une religion qui ne cesse de tromper les esprits des habitants. De grands thèmes faisant l'œuvre de la romancière américaine se confirment : l’intolérance, les destinées familiales mais surtout le poison qui ronge les petites villes américaines. Avec justesse, elle décrit ces liens familiaux qui prédominent, l’amour d’un père pour son fils et pour sa femme, celui d’une mère et d’une épouse et la fierté d’un petit garçon à vouloir ressembler à ceux qu’on chérit. 

Récit initiatique, L’été où tout a fondu est un magnifique roman sur la peur de l’autre, les ravages de la foi et de l’amour. 

mcdaniel-tiffany-l-ete-ou-tout-a-fondu.jpg

"L'été où tout a fondu", Tiffany McDaniel (traduit par François Happe), Editions Gallmeister, 480 pages, 25,60 euros

Découvrez d'autres livres de l'autrice :

betty.jpg      



auteur
Amoureuse des livres et dénicheuse de bons restos🍷 Journaliste et fondatrice d'Untitled Magazine. Pour la joindre : m.heckenbenner@untitledmag.fr


Retour

Articles similaires

"Les racines secondaires", un livre de Vincent Fortier
« Le grand livre des agrumes » un livre d’Anne Etorre
"N'oublie rien" un livre de Jean-Pierre Martin
“Bientôt les vivants”, un livre de Amina Damerdji
"Basses terres", un livre d'Estelle-Sarah Bulle
"La vie précieuse", un livre de Yrsa Daley-Ward
"Les Derniers Américains", un livre de Brandon Taylor
“Ravage”, un livre de Ian Manook
Inscrivez-vous à notre newsletter :
Site réalisé par
Ciel Bleu Ciel