logo UNTITLED MAGAZINE
Le webzine des plaisirs culturels
Rechercher
Instagram Facebook Twitter

"La vie précieuse", un livre de Yrsa Daley-Ward

9 février 2024, par Mathilde Jarrossay

Yrsa Daley-Ward est poétesse. Dans ce récit, elle mêle fond et forme pour partager les pans les plus intimes de sa vie. Si cette vie est précieuse, elle n'en est pas moins difficile. Yrsa Daley-Ward écrit un récit sensible, parfois cru, parfois lyrique.

Yrsa grandit en Angleterre avec sa mère qui l'a eue très jeune, d'un père nigérian complètement absent, avec son jeune frère Little Roo et des beaux-pères qui sont tous si ce n'est maltraitants avec elle, au moins avec sa mère. Vie difficile, où joindre les deux bouts est compliqué pour leur mère, Yrsa est envoyé chez ses grands-parents, des évangelistes convaincus où toute la vie de la maison est régie par Dieu. 

C'est dans ce monde, dans ce carcan qui la contraint que Ysra tente de grandir et de trouver une porte de sortie.

Fond

Yrsa grandit avec sa mère qui travaille jour et nuit pour nourrir ses enfants et leur offrir une vie décente. Dans cet univers de misère, la narratrice et son frère tentent de trouver de la beauté par la fenêtre. C'est par cette fenêtre qu'apparaît la poésie du récit de Ysra, qui donne lieu aux rêveries et qui permet à la jeune fille de s'échapper. 

L'autrice retrace sa vie de son enfance avec sa mère puis ses grands-parents avant les clubs de Manchester et son expérience d'escort pour gagner sa vie. C'est une plongée presque en enfer, c'est la souffrance d'une classe sociale aussi à travers les yeux de Yrsa Daley-Ward. Il y a le racisme de classe mais il y aussi le racisme qui court dans le récit, petite fille jamaïcaine et nigérianne. L'écriture devient la solution nécessaire pour s'en sortir et pour survivre.  

"Tu écris des chansons, 
tu les enregistres,
rien ne marche,
rien ne marche."

Rien n'épargne la trajectoire de l'autrice, ni les hommes ni le monde de la nuit, ni même sa famille qui la ramène sans cesse à ses démons. Si la beauté du texte tient aussi à sa forme, les mots percutant d'Yrsa Daley-Ward irradient dans les ténèbres où elle vit. 

"La beauté fait rester les gens, pensais-je. La beauté pousse les gens à écouter. La beauté fait tomber les gens amoureux et les rend patauds. C'était dans toutes les chansons et dans les films Disney. C'était même dans la Bible."

Forme

La vie précieuse n'est pas un roman. Même si les premières pages semblent prendre son chemin, à l'image de la vie de la narratrice, les mots semblent se découdre. La mise en page prend la forme des épreuves qu'elle traverse. Lorsque le souffle lui semble coupé, les phrases se découpent, les mots flottent dans la page. Quand les nouvelles sont terribles, ce sont des successions de courtes phrases qui s'enchaînent comme une sacade. La forme du récit épouse la fond de sa pensée, elle éprouve la poésie dans sa forme pure. 

"parce que j'étais plutôt la Cool Copine Noire,
pas une petite amie potentielle, tu comprends,
mais une Cool Amie Fille Noire, 
avec des cheveux mousseux qui étaient grave cool."

Yrsa Daley-Ward utilise les mots pour se libérer, elle utilise aussi l'objet livre pour expérimenter l'espace. Comme si parfois le regard des autres aussi bien que le sien sur elle-même était trop dur à porter, elle se dissout dans le texte comme les mots dans la page. C'est un récit autant qu'une expérience littéraire. 

"sa respiration change
elle la sent chaude, qui gronde,
qui grandit sous son ventre
jusqu'à ses orteils
ses jambes commencent à trembler
et 
voilà"

Les morceaux de vie se succédent au fil des pages dans des chapitres plus ou moins courts. Récit et receuil de poésie, Yrsa Daley-Ward offre un objet livre singulier. 

ysra-lavieprécieuse.jpeg

"La vie précieuse", Yrsa Daley-Ward, traduit de l'anglais par Julia Kerninon, Editions La Croisée, 240 pages, 20 euros




auteur
Passionnée de littérature depuis toujours, après des études d’édition, c’est finalement le spectacle vivant qui emporte Mathilde mais elle a toujours une bibliothèque conséquente. Elle écrit sur Untitled depuis 2017 dans la rubrique livre, autant de littérature contemporaine, française et étrangère mais aussi des sélections de livres jeunesse.


Retour

Articles similaires

“Bientôt les vivants”, un livre de Amina Damerdji
"Basses terres", un livre d'Estelle-Sarah Bulle
"Les Derniers Américains", un livre de Brandon Taylor
“Ravage”, un livre de Ian Manook
"En vérité, Alice", un livre de Tiffany Tavernier
« Mangez les riches » un livre de Nora Bouazzouni
Rentrée littéraire : "L'amour" de François Bégaudeau
Rentrée littéraire : “Copeaux de bois” d'Anouk Lejczyk
Inscrivez-vous à notre newsletter :
Site réalisé par
Ciel Bleu Ciel