Chanson Française, le cinquième album d’Olivier et Frédéric Volovitch, alias Volo, est sorti le 27 janvier dernier. L’occasion pour le duo de retrouver son public parisien lors de deux concerts complets à La Maroquinerie, accompagné du musicien Hugo Barbet.

Voilà plus de quinze ans que les frères Volovitch nous régalent de leurs chansons. Tantôt drôles, tantôt tendres, mélancoliques parfois, engagées souvent, les litanies de Volo sont entêtantes et charmantes. Près de quatre ans après leur quatrième album studio, Sans Rire, Volo est de retour avec douze nouveaux titres. Ils étaient les 2 et 3 février sur la scène de La Maroquinerie à Paris, après une résidence en Avignon cet été et quelques dates en Province, l’occasion de parfaire leur nouveau set déjà bien rôdé. Mais auparavant, que nous réserve ce nouvel opus sobrement intitulé Chanson Française ?

Un album qui ravira les fans

Disons-le d’emblée : Chanson Française marque le retour des frères Volo aux textes politiques engagés avec Un gars honnête, J’hésite, Au cas où et Tout est normal. Période trouble oblige, on retrouve les thèmes chers aux frangins comme l’écologie, le partage des richesses, la tolérance… Toujours à gauche mais plus tempérés, les Volo continuent d’écrire avec finesse et précision sur ces thématiques périlleuses avec un certain talent, surtout pour J’hésite.

Mais Volo c’est aussi de la tendresse et des ballades sur l’amour et l’enfance. Musicalement, les fans de la première heure retrouveront des accords déjà usés et des textes moins novateurs. En revanche, deux titres se démarquent : Chanson Française, qui ouvre l’album avec humour et efficacité , mais aussi La Crise et son texte ciselé qui décrit les affres de la quarantaine. Choisi comme premier single, Tabarnak s’écoute avec plaisir et s’accompagne d’un joli clip réalisé par Hobo & Mojo. En termes d’arrangements, les frères Volovitch ont fait de nouveau appel à Florian Dubos (Kyo), mais aussi à Jocelyn Moze (Empyr), Alexis Campet et Hugo Barbet, qui les accompagne également sur scène.

Cela donne un album de Volo très classique : les guitares mises à l’honneur, des thèmes que l’on connait déjà, des mélodies qui font écho à d’anciennes mais néanmoins quelques pépites. Un cinquième opus sans surprises donc, mais des voix que l’on écoute toujours avec bonheur et que nous avions hâte de retrouver sur scène.

Les concerts à La Maroquinerie

Pour leurs deux dates parisiennes, les Volo ont fait appel à Emmanuel Urbanet pour assurer leur première partie. Seul en scène avec sa guitare, ses chansons originales et bien écrites séduisent très vite le public. Membre des Joyeux Urbains, Emmanuel Urbanet fait partie de la même famille de chansonniers que Volo ou les Wriggles. Des plumes aiguisées, et une interprétation soignée. Si vous ne connaissez pas son univers nous vous invitons vraiment à découvrir son album Grand Rouquin Blanc, sorti en 2014.

Viennent ensuite les Volo, Oliv’ et Frédo pour les intimes, qui arrivent sur scène en toute simplicité avec Hugo Barbet. Le concert se jouera à trois guitares, parfois deux, et durera un peu plus d’une heure et demie. Au programme de cette nouvelle setlist, les chansons du dernier album bien-sûr mais aussi beaucoup d’anciens titres phares comme T’es Belle, Le Medef, Montréal ou encore Syndrome. On réécoute avec joie Aucun Doute et 17 ans, parmi les meilleurs titres du précédent opus, ainsi que les discrètes et douces Tu connais ou Dimanche de l’album En Attendant sorti en 2009, et la touchante ballade Elisa qui ouvrait l’opus Bien Zarbos en 2005.

En live, aussi, la recette reste inchangée : Oliv’ et Frédo se donnent la réplique en chanson, avec justesse et sobriété. Quelques traits d’humour entre les chansons, un humour pince sans rire devenu leur marque de fabrique au fil des années, à travers notamment les courts sketchs qu’ils postent sur la toile pour faire leur promotion de manière détournée. Le public, conquis d’avance il est vrai, connait tous les titres et en redemande. Un, deux, trois rappels plus tard, Volo s’en va et le public chantonne encore. Un amour rare et mérité, bien que nous n’ayons pas vu, là non plus, le grain de folie et la surprise qui faisaient défaut à l’album. Les Volo poursuivent ainsi tranquillement leur route musical, à quand le nouveau virage ?

Suivez l’actualité de Volo sur leur page Facebook et retrouvez toutes leurs dates de concert sur leur site officiel.

Album Chanson française disponible depuis le 27 janvier 2017 (14,99€ en physique – 9,99€ en digital).

Volo - Cover
© Fifou