Avec Uma, le chef Lucas Felzine propose une rencontre détonnante et savoureuse entre les cuisines péruviennes et nippones. Conte d’un mariage réussi.

Rendez-vous dans une adresse aux allures sobres face au très branché Colette pour observer un mariage des plus étonnants : celui de la cuisine péruvienne et de la gastronomie nippone. Une histoire de fusion contée par Uma, dans un décor mêlant béton, bois et mobilier tendance sur fond de musique lounge.

Vestiaire à l’entrée, menu dégustation en 8 plats : le lieu affiche un standing à la hauteur du chic quartier et de la rue Sainte-Honoré toute proche. Point de prétention pour autant : le service est souriant, les conseils sur le vin avisés, et les assiettes sont honnêtement remplies de mets renversants.

Un ceviche de saumon marinée à la betterave à l'allure fort élégante. Crédits photo : Uma
Un ceviche de saumon marinée à la betterave à l’allure fort élégante. Crédits photo : Uma

Du cocktail à l’assiette, une alliance péruvo-nippone réussie

Tout en sirotant son Pisco Sour, un cocktail frais et doux typiquement péruvien, on se penche sur la carte, qui propose une sélection resserrée de plats, et des menus découverte (55 euros) et dégustation (72 euros) si l’on souhaite être guidé par le chef dans cette aventure.

Et la fusion promise entre Pérou et Japon est bien présente dans les plats d’Uma : le classique ceviche côtoie le gyoza de bœuf, et les deux cultures se tutoient allègrement dans l’assiette, à l’image du tacos de tourteaux et palourde japonaise, ou encore des somen à la cecina matûre avec dashi froid.

Après le bal des entrées vient le poisson, un cabillaud à la mâche agréable, discrètement parfumé par le bouillon miso. Pour accompagner ce médaillon de chaire blanche, un caviar d’aubergines aux notes amères, et un mélange au quinoa avec tous les accents frais du taboulé.

Couleurs vives et textures folles des petits plats d'Uma. Crédits photo : Uma
Couleurs vives et textures folles des petits plats d’Uma. Crédits photo : Uma

Pour les aventuriers du menu dégustation, le dîner n’est pas terminé ! Après le poisson, place à la viande. Le duo de porc ravira les amateurs de viandes au goût prononcé, entre haut du filet mignon aux notes grillées, et un faux filet bien tendre. La purée d’épinards, bien crémeuse, adoucit la puissance des viandes. A côté de cette assiette, on se partage un risotto addictif par son bon goût fromager, un plaisir coupable qu’on finit sans effort.

La note sucrée clôt joliment cette escapade entre les terres Andines et l’archipel nippone. Le sorbet aux herbes étonne par son originalité et sa fraîcheur, qui relève justement la légèreté de la crème du millefeuille qu’il accompagne.

Avec Uma, le chef Lucas Felzine signe ici un mariage de saveurs inédites plus que réussi. On reviendra avec plaisir à pas feutrés profiter de l’atmosphère de l’endroit et de la douceur des plats.


Uma
7 Rue du 29 Juillet
75001 Paris
Ouvert du lundi au samedi de 12h30 à 14h30, et de 19h30 à 22h30

SHARE