Établi dans la festive rue Princesse, le Tiger magnifie le gin avec ses cocktails aux saveurs surprenantes. 

Stanislas Jouenne nous reçoit à l’heure de l’after work, large sourire et tablier immaculé noué à la taille. Cet ancien barman du Bouddha Bar et passionné de gin a ouvert il y a maintenant un an le Tiger avec deux autres associés. Grand comptoir boisé, papiers peints à motifs tropicaux et néon éponyme sur les murs : ce temple du gin se veut exotique et moderne. Des banquettes molletonnées permettent de siroter son cocktail en toute quiétude à l’étage, tandis qu’un espace accueille les groupes en contrebas.

Ici se mêle une clientèle de connaisseurs et de gens souhaitant simplement (re)découvrir le gin. Et ils sont plutôt bien tombés, avec près de 100 gins référencés (dont le petit nouveau Lord of Barbès), et une carte déclinant l’alcool de genièvre sous toutes ses formes.

Ambiance "tropicool" tamisée pour after work réussi. Crédits photo : Claire Gervais
Ambiance « tropicool » tamisée pour after work réussi. Crédits photo : Claire Gervais

Le gin tonic est bien entendu de la partie, avec un tonic maison se mariant parfaitement avec la sélection de 8 gins du Tiger. Les curieux se laisseront tentés par la formule dégustation. Pour 25€, le Tiger vous fait voyager entre 4 grandes références française, hollandaise, belge et anglaise. Le tonic est servi séparément pour mieux apprécier les nuances des différentes références.

Le Tiger ne vous laisse pas le ventre vide, avec des produits du terroir spécialement choisis pour leur accord avec le gin. Cabillaud rôti, risotto poire & curry et même délice sucrée avec la Joconde chocolat et café égaieront vos estomacs entre deux cocktails.

Des cocktails de haute volée

La nouvelle carte automne-hiver propose 8 cocktails créent par la maison. Trois mois et demi de préparation ont été nécessaires à l’élaboration de cette nouvelle carte, éclectique et surprenante. Voici notre sélection :

Last Call : le gin est infusé au Pandan, une feuille verte souvent utilisé dans la cuisine asiatique. Même le sirop présent dans le cocktail est fabriqué maison.

Tiger Snapper : Notre préféré ! Le jus de tomate est dynamité par le shrub « little Italy », liqueur maison mêlant habilement vinaigre balsamique, ail, câpres, oignon rouge et verveine. Ce mélange salé et acidulé accompagne à merveille un gin infusé avec une crème d’olive noire et de coco.

Le Last Call et le Tiger Snapper, des cocktails aussi beaux que bons. Crédits photo : Claire Gervais
Le Last Call et le Tiger Snapper, des cocktails aussi beaux que bons. Crédits photo : Claire Gervais

Cucumber Vesper : un cocktail en clin d’œil à Ian Fleming et à son célèbre espion, réinterprétation du cocktail favori de James Bond (le concombre en plus).

Olive Oyester Martini : l’oyster leave, feuille poussant en Amérique du Nord, apporte un surprenant goût d’huître au cocktail, adouci par la poudre de coco.

Les non amateurs de gin ne sont toutefois pas oubliés au Tiger, avec des cocktails à base de rhum ou de mezcal, et une sélection de vins et de champagnes. De savants mélanges, des saveurs étonnantes pour des cocktails qui magnifient le gin, trop souvent cantonné à sa version tonic : le Tiger est un repaire incontournable pour les amoureux du spiritueux comme pour les amateurs de cocktails.


Le Tiger
13 rue Princesse
75006 Paris.
Ouvert du mardi au samedi de 18h à 2h.

Enregistrer

Enregistrer