Avis aux collectionneurs et amoureux du design : IKEA, ce n’est pas uniquement la bibliothèque Billy dont un exemplaire est vendu toutes les 5 secondes à travers le monde. Une partie de son mobilier et de ses collections emblématiques est de plus en plus recherchée dans les ventes aux enchères. On vous dévoile cette tendance montante du marché de l’art !

Le fondateur d’IKEA Ingvar Kamprad est décédé lundi 29 janvier à l’âge de 91 ans, laissant derrière lui un véritable empire du mobilier : l’entreprise suédoise génère aujourd’hui 30 milliards d’euros de chiffre d’affaires, emploie quelques 150 000 personnes dans le monde entier, et son catalogue ferait partie des livres les plus traduits et les plus vendus au monde.

Si la création d’IKEA était initialement motivée par la volonté de démocratiser l’ameublement et de concevoir des meubles et objets du quotidien fonctionnels et abordables pour tous, Ingvar Kamprad n’a pas sacrifié l’esthétique pour autant et a su s’entourer des plus grands noms du design comme les scandinaves Karin Mobring, Niels Gammelgaard, Tord Björklund et Gillis Lundgren.

Les meubles IKEA pèsent lourd

On ne parle pas ici du poids réel des meubles, mais de leur valeur actuelle sur le marché de l’art. Car oui, si vos parents ou grands-parents ont acheté une table, de la vaisselle ou un fauteuil IKEA à bas prix dans les années 1960 et 1970, il se peut que leur valeur estimée soit aujourd’hui bien plus importante que leur prix d’achat initial.

L’intérêt de plus en plus marqué des collectionneurs pour certaines pièces emblématiques de la marque, désormais entrées dans l’histoire du design, a eu pour conséquence de faire grimper leurs prix dans les ventes aux enchères. On est loin des 700 millions d’euros des œuvres de Jeff Koons, mais quelques collections IKEA ont déjà fait l’objet de très belles ventes. Le moteur de recherche d’objets d’art et d’antiquités Barnebys indique d’ailleurs qu’il s’agit d’une tendance à suivre de près.

Les objets IKEA qui ont fait les plus gros prix  

La Collection 1700 par Lars Sjöberg

Editée dans les années 1990 par IKEA sous l’impulsion de Lars Sjöberg, alors membre du Musée national de Stockholm, la Collection 1700 reproduit le style du mobilier du 18e siècle. Son manque de rentabilité a très vite entraîné l’arrêt de la production. Peu de pièces ont donc été fabriquées. La collection fait ainsi partie des collections les plus recherchées aujourd’hui, du fait de la rareté de ses pièces sur le marché des enchères.

La série de fauteuils de la Collection 1700 a été adjugée 3 100 euros le 30 janvier 2017 par Stockholms Auktionsverk Online.

Le fauteuil « Amiral » par Karin Mobring

La designer Karin Mobring a imaginé de nombreuses pièces de mobilier pour IKEA, et ses créations font aujourd’hui partie des plus recherchées aux enchères. Le fauteuil « Amiral », imaginé et mis en vente dans les années 1970, en cuir caramel au dos incurvé caractéristique, est son modèle le plus prisé.

La paire de fauteuils « Amiral » a ainsi été adjugée 1 600 euros le 13 mai 2015 par la maison de vente Bukowskis.

Le fauteuil « Impala » par Gillis Lundgren

Le fauteuil « Impala » est l’un des classiques IKEA les plus recherchés aujourd’hui. Conçu par le designer suédois Gillis Lundgren en 1972, ce fauteuil à l’assise confortable et aux couleurs pop a séduit les collectionneurs du monde entier.

Deux fauteuils « Impala » ont été vendus 680 euros le 27 octobre 2016 par la maison de vente Bukowskis.

La chaise longue « Skye » par Tord Björklund

Imaginée par le designer suédois Tord Björklund dans les années 1980, la chaise longue « Skye », tout en simplicité, est devenue une pièce iconique d’IKEA. Son caractère intemporel en fait désormais un objet très prisé des collectionneurs.

Une paire de fauteuils « Skye » a été vendue 510 euros le 20 septembre 2016 par Bukowskis.

La chaise « Oti » par Niels Gammelgaard

Conjuguant élégance, confort et simplicité des matériaux, la chaise « Oti », conçue en 1983 par le designer danois Niels Gammelgaard, correspond parfaitement à l’esprit d’IKEA.

Cette chaise a été adjugée 200 euros le 11 juin 2017 par la maison Lauritz.

Les chaises « Tellus »

Produites dans les années 1960 et 1970, les chaises de cuisine « Tellus » n’ont pas perdu une ride. Elles se déclinent en plusieurs coloris, toujours très sobres, et s’intègrent à n’importe quel intérieur, du fait de leur simplicité.

Le 16 novembre 2016, quatre chaises de la collection ont été vendues 180 euros par Stockholms Auktionsverk Online.

Le fauteuil « Premiär-69 » par Per-Olof Scotte

Contrairement à ce que son nom indique, le fauteuil « Premiär-69 » date des années 1950. Il a été conçu par le designer Per-Olof Scotte, et a très régulièrement atteint des records de ventes chez IKEA. Les raisons de son succès : une assise développée, du cuir patiné, et une belle structure en chêne laqué. De quoi être bien assis, dans des matières nobles.

Mais il faut y mettre le prix ! Les deux fauteuils « Premiär-69 » ont été vendus 2 100 euros en 2015 par Lauritz.

Les fauteuils « Skopan » par Olle Gjerlöv-Knudsen et Torben Lind

Le pire ou le meilleur des seventies (selon vos goûts) est concentré dans ces fauteuils « Skopan », typiques de la vague Pop alors en vogue. Ils ont été imaginés en 1974 par les deux designers scandinaves Olle Gjerlöv-Knudsen et Torben Lind.

Le 25 mai 2016, quatre fauteuils « Skopan » ont été vendus 200 euros par Stockholms Auktionsverk Online.

La chaise Monaco, années 1960

Produite dans les années 1960, la chaise « Monaco » rappelle le design épuré du mobilier de la fin du 19e siècle. Elle était initialement vendue à un prix très abordable, mais fait aujourd’hui l’objet d’enchères variables, en fonction de son degré de conservation.

La collection « Monaco » a été vendue 210 euros le 29 janvier 2017 par Helsingborgs Auktionskammare.

 

SHARE