Hana Elion et JJ Mitchell sont colocataires dans la ville de New-York. Toutes deux forment Overcoats, un duo musical fusionnel et plein de sensibilité. Les deux chanteuses ont tout de suite été attirées l’une vers l’autre lors de leur première rencontre en 2011, découvrant qu’elles partageaient la même vision de la musique. Elles ont ressenti une proximité immédiate rappelant celle de deux sœurs.

Leur premier album YOUNG est prévu pour le 27 avril 2017. Deux singles sont pour l’instant disponibles sur leur chaîne Youtube. Dans le premier, Hold Me Close, les voix s’accordent avec pureté, nous donnant l’occasion d’entendre la chanson sous différentes perspectives. Elle parle du réconfort que l’on peut trouver dans le présent lorsque le passé et le futur sont incompréhensibles. Lorsque de nos relations ne ressortent que solitude et désillusions. Lorsque l’on se doit malgré tout de garder espoir et de chercher de la beauté dans ce qui nous entoure. C’est finalement une invitation au Carpe Diem.

Elles vacillent entre électronique, folk, pop et bluegrass. Bien qu’elles écrivent et composent dans leur chambre, elles ont désormais des productions riches mais prudentes. Illuminant tout juste le naturel d’Overcoats. L’album a été co-produit par Nicolas Vernhes – qui a travaillé avec Daughter et Animal Collective – et mixé par Ben Baptie (Lianne La Havas, Mark Ronson)

Le second single, Nighttime Hunger, nous parle d’une peur qu’on a tous. Quand la nuit est installée, que l’on se lève et que l’on sursaute au moindre bruit. C’est l’angoisse du danger et de l’inconnu. Finalement, il n’y a qu’au fond de notre lit que l’on se sent en sécurité. Toutes deux décrivent la première fois qu’elles se sont entendues chanter comme une évidence. L’harmonie de leur deux voix permit à chacune de se découvrir individuellement. Ce lien emplit YOUNG d’une force et d’une intimité remarquable.

L’album regroupe des sonorités riches et des mélodies minimalistes. Des chansons illustrant toute la connexion des deux chanteuses, sur les profondeurs de l’amour et les challenges de la famille. Leur musique dépeint la force qui ressort de la vulnérabilité, la lumière qui jaillit des moments sombres, et l’extravagance de la simplicité. C’est une écriture honnête, qui se veut positive.

SHARE
« Je fais plus de Paris-Brest qu'un pâtissier. » Artmin - « J'ai été reçu par des ministres de la Culture qui m'ont fait visiter leurs bureaux : leur fierté s'arrêtait au mobilier. » Abd Al Malik