Après avoir conquis les lyonnais, le comptoir de mozzarella Mozzato débarque à Montorgueil pour enchanter les papilles des foodies parisiens.

Comment rester insensible à ce fromage doux et acidulé tout droit venu des régions italiennes de Campanie et des Pouilles ? Pas Soraya et Samir, les fondateurs de Mozzato qui se sont trouvés une passion commune pour la mozzarella lors de leur périple aux quatre coins de la Botte. Leur rencontre avec Cosimo, producteur dans le petit village de Battipaglia, est un véritable déclic. Cette laiterie familiale, qui ne consent qu’à fournir le palais de l’Elysée, accepte de se lancer dans l’aventure de Mozzato, dont le premier comptoir met à l’honneur ce morceau de patrimoine sud-italien depuis maintenant 3ans.

Le comptoir a depuis fait des petits, avec une nouvelle adresse parisienne. On a donc fui le froid hivernal le temps d’une dégustation dans  le cocon à la déco néo-vintage de Mozzato, au cœur de Montorgueil. Style épuré, jolie verrière doucement illuminée, l’ambiance est parfaite pour un tête à tête romantique.

On oublie presque que les températures frisent le négatif dans la jolie salle du Mozzato. Crédits photo : Mozzato
On oublie presque que les températures frisent le négatif dans la jolie salle du Mozzato. Crédits photo : Mozzato

En plus du comptoir, qui permet de choisir l’une des 7 mozzarellas dénichées par Mozzato, la carte propose des assiettes de dégustation pour comparer les variétés, accompagnées de légumes et de charcuteries.

Pour accompagner ces doux mets, une dizaine de vins au verre sélectionnés par John Euvrard, caviste Meilleur Ouvrier de France, et une carte de cocktails aux accents italiens (on ne passe pas à côté du Spritz, LE classique de notre été). Des cocktails du jour sont aussi proposés : ce soir-là, nous avons pu profiter d’un rafraîchissant cocktail de gin, jus de concombre et sirop de kiwi.

Le manège enchanté de la mozza

L’assiette du Comptoir (27,5€ par personne) rassemble l’ensemble des mozzas du comptoir dans une farandole copieuse mêlant fromages, charcuteries (bressaola et autres saucissons) et des légumes du soleil assaisonnés juste ce qu’il faut (mention spéciale à l’aubergine et aux doux poivrons qu’on a repris avec joie).

La ricotta de bufflone exhausse le goût de ce chapelet fromager. Et pour l’étaler, attention, voici une petite bombe : une focaccia moelleuse, odorant et croustillante, bref le genre de pain que tu boulottes gaiement même nature. Heureusement qu’on nous ressert sitôt la panière vide !

Et que dire des mozzas ? On navigue avec plaisir entre une Buffala au cœur laiteux et une Tressia fondante en bouche. La Burrata, autre star des mozzas native des Pouilles, est crémeuse à souhait, mais malheureusement bien timide en goût. La Stracciatella, crème composée du cœur de la Burrata, est toutefois un vrai plaisir régressif. On l’étale avec bonheur sur la focaccia comme on étalerait son Nutella.

Salut c'est moi la mozza Stracciatella, et je vais devenir ta nouvelle passion. Crédits photo : Mozzato
Salut c’est moi la mozza Stracciatella, je vais devenir ta nouvelle passion. Crédits photo : Mozzato

La Burrata fumée se marie parfaitement avec une tranche de bresaola. On prendra garde de ne pas la savourer avant de s’attaquer à la Burrata à la truffe blanche, à la douce saveur lactée, mais dont la subtilité de la truffe est aisément masquée par des mozzarellas plus prononcées. L’Affumicata ferme la ronde, et on apprécie sa robe foncée et les notes corsées apportées par son fumage sur paille humide.

Une sélection de mozza ultra gourmande et un service adorable : on reviendra avec plaisir dans ce petit coin de Campanie qu’est le Mozzato.


Mozzato
3 rue Bachaumont
75003 Paris