Le jeune prodige de l’électro français Marlin vient de sortir un premier EP, NIGHTS, au croisement de la pop et de la house. Une pépite qui pourrait bien nous faire danser tout l’automne. Entretien.

Du haut de ses 21 ans, Valentin Marlin est sans doute l’un des jeunes producteurs les plus prometteurs de la scène électro française actuelle. Son EP NIGHTS est sorti sur le label Elektra en juillet dernier, accompagné d’un superbe clip signé PANAMÆRA. Multi-instrumentiste, celui que l’on appelle désormais simplement Marlin chante également sur les 6 titres, donnant à sa musique une tonalité plus pop et délicieusement tubesque. Nous avons eu la chance de le rencontrer dans un café parisien où il s’est confié sur son parcours, sa vision de la musique et ses projets.

Untitled Magazine : Bonjour Marlin ! Parle-nous de cet EP NIGHTS, comment est-il né ?
Marlin : J’avais d’abord sorti un premier EP de 4 titres en 2016, il y avait déjà le single 54321 dessus, que j’ai décidé de garder pour après. Je fais du son tous les jours parce qu’aujourd’hui tu peux travailler avec ton ordinateur et une carte son sans avoir forcément besoin d’être en studio. Début 2017 j’avais déjà un paquet de démos enregistrées et composées un peu partout : dans mon appart, dans un autre studio à Saint-Ouen…. J’ai signé avec Elektra grâce à ces démos, elles étaient déjà presque abouties mais je voulais que ce soit propre au niveau du mix. J’ai mixé avec Julien Sabourin au studio Motif Music début 2017 et l’EP est sorti en juillet.

Même si tu travailles beaucoup sur ordinateur tu joues aussi de la guitare, du clavier, de la batterie. Les instruments sont quand même importants pour toi ?
Oui, je me suis mis à l’électro vers l’âge de 15 ans mais avant j’ai eu une formation musicale au conservatoire en batterie et piano, et mon père musicien m’a appris la guitare. Après avec la vague Ed Banger (label de Justice fondé par l’ancien manager des Daft Punk, NDLR) je suis plus parti sur l’électro. Mais on retrouve quand même les instruments dans cet EP, et même pour la scène je vais essayer de jouer des choses en plus.

Justement, as-tu des concerts de prévus ? A quoi va ressembler Marlin sur scène ?
J’ai deux dates en Corée fin septembre. Le set-up est simple, j’ai envie que ce soit un truc « rock’n’roll ». Il y aura un micro, une guitare, un clavier et l’ordinateur. Je serai tout seul au début, je vais jouer des instruments et ce sera du vrai live ! Je n’ai jamais fait ça avant, comme je faisais du DJ Set. Après pour les autres dates, je peux juste dire qu’il y aura un showcase à Paris en Octobre.

Le clip de 54321, a été réalisé par PANAMÆRA qui a notamment travaillé avec Kendrick Lamar, comment se sont passé la rencontre et le tournage ?
Au début on ne savait pas trop si on allait faire un clip ou pas. On a cherché des gens pour faire du contenu vidéo, on s’est arrêté sur PANAMÆRA pour leurs goûts, leur fraicheur et leur expérience. On avait plus ou moins les mêmes références, on s’est vus quelques fois et on se comprenait. Comme ils partaient travailler à Los Angeles, on s’est dit que ça ferait une bonne vibe d’aller tourner là-bas. On a fait du brainstorming, on s’envoyait des images, on cherchait des choses, on a affiné l’idée qu’on avait et c’est parti en road-trip en Californie. On a tourné, ils ont ajouté les effets spéciaux ensuite et tout ca s’est bien passé. C’était ma première expérience de clip et une très bonne expérience !

Dans quel genre classerais-tu ta musique ?
C’est une bonne question, on essaye justement de revendiquer cet EP comme un mélange et si je devais le classer dans un seul style je n’y arriverais pas. On peut dire que c’est de la musique électronique puisque sur iTunes il est classé comme ça, mais c’est de la musique électronique qui se nourrit de beaucoup d’influences. On peut dire que c’est de la pop parce que je chante, mais il y a aussi du funk, du hip-hop, parfois avec le piano on a des influences jazz ou rock, et bien-sûr beaucoup le côté house électronique.

Tu es tombé dans la musique très tôt, à quel moment as-tu décidé d’en faire ton métier ?
J’ai vraiment toujours baigné dedans ! A partir de mes 16 ans j’ai commencé à plus ou moins gagner ma vie avec, en faisant des DJ sets, des remix ou des concerts avec des groupes que j’adore. Et puis j’ai eu mon bac, j’ai fait un an de fac d’anglais. Et là ça va faire deux ans que je ne fais que ça. J’ai signé avec Universal en édition et avec Elektra, c’est maintenant que ça commence vraiment à partir. Mais ça a toujours été dans un coin de ma tête.

Que préfères-tu dans le processus de création d’une chanson  ?
Moi j’aime bien tout faire, c’est d’ailleurs un peu mon défaut parce que j’ai tendance à vouloir tout faire tout seul et parfois je m’y perds un peu. Après mon moment préféré c’est quand je commence à voir la silhouette du truc, au niveau du style et de ce que ça dégage. Je me dis : « OK, je tiens un truc, j’ai un nouveau son, je vais pouvoir finir ». Ce moment-là où ça commence à prendre forme, c’est vraiment mon moment préféré dans le processus.

As-tu déjà pensé à écrire en français ?
Ce n’est pas mon fort d’écrire en français, à la base je suis plus musicien que parolier, et l’anglais c’est plus évident parce que ça glisse. En scred ça m’arrive parfois d’avoir des idées, mais je ne me vois pas sortir un projet en français. Si je le fais ce serait pour un projet plus urbain et là on n’est pas partis sur ça. L’anglais c’est cool, ça passe partout.

Tu as fait un Remix de Selah Sue, Together, et on peut trouver d’autres remixes sur ta page Soundcloud. Selon toi qu’est-ce qui fait un bon remix ?
Franchement c’est un truc assez libre le remix, ce n’est même pas défini dans la loi, personne ne sait vraiment ce que c’est. Si je devais le définir je dirais que c’est prendre les pistes d’un morceau pour les mixer différemment, donc on peut enlever ou rajouter des choses. Un bon remix pour moi c’est un remix qui va te changer de l’original, le sublimer, lui apporter quelque chose en plus tout en gardant son identité.

Si tu devais produire l’album d’une popstar américaine qui choisirais-tu ?
Au pif, Rihanna. J’ai beaucoup remixé Rihanna.

Quel est ton dernier coup de cœur musical ?
L’album 17 de XXX TENTACION, un Américain.

Si tu devais emporter un morceau sur une ile déserte ?
Je pense que j’emmènerais I Feel Good de James Brown, tu peux pas te laisser aller avec ça sur une île déserte !

Suivez l’actualité de Marlin sur sa page Facebook. L’EP NIGHTS est disponible depuis le 7 juillet 2017.