Les librairies à l’épreuve de la crise

0
163
Une librairie à Toulouse

Fragilisées par la fermeture pendant la période le confinement, les librairies ont perdu une grande part de leur chiffre d’affaires et vont devoir remonter la pente.

C’est une période qui risque de laisser des traces… Durant plus de deux mois, le confinement a durement frappé le secteur de la librairie et du livre en France. Certains points de vente ont poursuivi, vaille que vaille, leur activité grâce à des commandes en ligne qui étaient récupérées devant les librairies avec moult précautions. Mais le manque à gagner a été énorme. Par exemple, la Librairie Sauramps, située à Montpellier, a perdu deux millions d’euros de chiffre d’affaires.

Peu avant la fin du confinement, le cabinet GFK indiquait que les ventes de livres avaient plongé de 63,4% en volume et de 69,3% en valeur en comparaison avec la même semaine de 2019. Avec le confinement, le secteur a presque arrêté de fonctionner. Les réserves de trésorerie du secteur sont au plus bas. D’autres libraires en Europe connaissent les mêmes difficultés.

Le moral en berne

Depuis le mois de mai, les libraires ont rouvert leurs portes mais le moral est en berne. « Nous sommes content d’avoir rouvert et les ventes repartent, explique une libraire du 20e arrondissement à Paris, mais la situation est très fragile. Nous avons poursuivi, un peu, notre activité en mettant en place un système de livres sur commande que les gens pouvaient récupérer sans entrer dans la librairie. »

Dans une librairie du 9e arrondissement de Paris
Dans une librairie du 9e arrondissement de Paris

Plusieurs éditeurs et libraires se sont associés pour publier des appels dans le journal Le Monde en mai dernier, « La réouverture des librairies, dans lesquelles va s’engouffrer une production lissée mais pléthorique, annonce un « enfer » pour toutes les professions du livre. Un enfer prévisible car constitutif du marché. L’économie du livre est aujourd’hui écrasée par la nouveauté et sa péremption. Trop de livres imprimés en trop grand nombre et retournés trop souvent… », indiquent les professionnels. Ils se plaignent de l’offre surabondante de la production qui amène à baisser le temps de présence d’un bouquin en librairie. Ils aimeraient une remise à plat de l’ensemble de la chaine du livre.

Opération de soutien du CNL

L’ensemble du secteur du livre souffre en ce moment. Le CNL a d’ailleurs lancé une opération pour soutenir le secteur. Des aides vont être accordées aux professionnels. De nombreux éditeurs ont décalé les sorties d’ouvrage. Les imprimeries ont aussi été à l’arrêt plusieurs semaines. Il faut aussi éviter l’embouteillage sur les tables des libraires. Les livraisons étaient aussi très compliquées pendant cette période, tout comme les retours des invendus. Sur le net, on trouve une offre qui est aussi de plus en plus large, il est de plus en plus facile de trouver des livres pas chers . La bonne nouvelle est que la soif de lecture reste très forte en France. Les Français aiment lire. La rentrée littéraire du mois de septembre sera intéressante à observer