En 2004, nous découvrions le film Les Choristes, réalisé par Christophe Barratier, dans les salles de cinéma. Avec 15 millions d’entrées en salle, 4 million d’albums vendus, 2 nominations aux oscars, deux césars et beaucoup d’émotions concentrées en une heure et demi, le succès des pensionnaires du Fond de l’Etang a été fulgurant. Pourtant, qui eût cru que treize ans plus tard, Christophe Barratier reprendrait le chemin du pensionnat pour en faire un spectacle musical et familial ?

Depuis le 23 février dernier, les Folies Bergères semblent s’être figées en 1949. En un peu plus d’une semaine de représentations, le spectacle musical des Choristes remporte déjà un franc succès. Cette adaptation s’apprête-t-elle à marcher dans les pas de l’œuvre originale ?

Du film au spectacle musical : un scénario immuable ?

Depuis l’annonce de l’adaptation du film en spectacle musical, une question est partagée par tous : le nouveau scénario restera-t-il fidèle à l’original et, si oui, jusqu’à quel point ? Que les puristes n’aient pas d’inquiétude : presque 85% du récit reste inchangé. On retrouve tout d’abord les personnages phares de l’œuvre : Clément Mathieu, M. Rachin, le Père Maxence, Morange, Boniface, Mondain… Pas un ne semble avoir été oublié. Les répliques cultes du film sont elles aussi présentes, et les quelques phrases lâchées par Pépinot tire inévitablement des « oh » de tendresse de l’audience qui pourtant les connait par cœur. Malgré ses treize ans, le scénario ne semble pas vieillir, ni même connaître la lassitude qu’aurait pu amener les années auprès du public. Au final, les quelques touches de nouveautés apportées par Christophe Barratier nous surprennent même; il nous faut ainsi quelques instants avant de s’habituer à entendre les adultes chanter également.

unnamed-3

Un spectacle familial et égayé

Comme le film, le spectacle musical vise un public large, mais de manière plus prononcée encore. En effet, le scénario original a été amputé de son début comme de sa fin, à savoir les scènes du « présent », celles où Pierre Morange et Pépinot se retrouvent, adultes. Au-delà d’une nécessité de ne pas présenter une pièce interminable, qui dure déjà plus deux heures, on sent également chez Christophe Barratier la nécessité de ménager son public qui, comme le prouve la multitude d’enfants présente à chaque représentation, peut s’avérer très jeune. Avec l’obligation de conserver l’incendie du pensionnat, le metteur en scène à donc décider de ne pas inclure les scènes un peu plus sombres et nostalgiques du film où sont évoquées les morts de Violette Morange et de Clément Mathieu. Grâce à l’ajout de quelques blagues supplémentaires, aux chansons humoristiques des personnages adultes et au jeu des comédiens, le récit change presque de registre pour passer de la comédie dramatique à la comédie tout court. Cette adaptation nous fait donc ranger notre paquet de mouchoirs, mais ne nous déplaît pas pour autant !

unnamed-4

La qualité du cinéma mêlée au spectacle vivant

Bien sûr, si l’on ne prend pas de recul par rapport au film, quelques reproches peuvent être adressés au spectacle. Les personnages « adultes » ne peuvent se cacher d’être des comédiens avant d’être des chanteurs, de même que, sans les arrangements studio, les titres interprétés par les enfants du prestigieux Chœur de la Maîtrise des Hauts-de-Seine ne semblent plus aussi carrés qu’auparavant. Or, ces points que certains ne manqueront pas de soulever font en fait tout le charme de l’adaptation. Grâce à un spectacle vivant, le scénario n’est plus aussi lisse que dans l’œuvre originale et accroît le sentiment de réalisme. Les décors n’ont quant à eux rien à envier à ceux du film. Christophe Barratier a en effet contourné la limite imposée par la scène grâce à des décors tournants et des fonds projetés sur des toiles. On se projette alors sans difficulté derrière la grille du Fond de l’Étang. Si le spectacle manque encore un peu de rodage, il fera sans contexte partie de l’une des meilleures pièces musicales de cette année 2017.

unnamed-5


Les Choristes, le spectacle musical.
Aux folies bergères jusqu’au 21 mai 2017 puis en tournée dans toute la France dès septembre 2017.
30,00€ à 89,00€

 

SHARE
Une oreille dans la musique, une main dans l'édition, un pied dans la culture.