Tout l’été, et chaque semaine, Untitled Magazine vous propose trois livres à lire. Que vous soyez dans votre maison de campagne, au bord de la plage, entre amis ou encore au travail, vous devriez trouver votre bonheur.

« Des savons pour la vie », Harry Crews

L’intrigue se passe aux Etats-Unis, à une époque qui pourrait être la nôtre, sans que ce ne soit véritablement spécifié. Hickum Looney est vendeur de savon pour la société Des Savons pour la Vie depuis vingt-cinq ans, et il est bien décidé à remporter cette année le concours de celui qui vendra le plus de savon. Sa route croise alors celle d’Ida Mae, une vieille femme qui vit seule, et qui changera sa vie : grâce à elle, Hickum vendra douze carnets de bons de commandes, un record jamais égalé dans la Société ! Et c’est là que les problèmes commencent pour ce personnage principal tout ce qu’il y a de plus banal…

Forme de dystopie qui fait penser au 1984 d’Orwell mais à la dimension d’une entreprise, Des savons pour la vie est un roman perturbant, tant par le style familier et parfois vulgaire de l’écriture, que par l’évolution de l’intrigue : Hickum Looney rencontre plusieurs personnes à la suite, qui deviennent ensuite des personnages à part entière du roman à l’image de Gaye Nell Odell, et qui remettent tous en cause le système autoritaire et hautement hiérarchisé de la Société. L’originalité du livre – et qui en fait aussi un roman réaliste – est le rythme lent, la longueur des dialogues qui s’étalent sur des chapitres entiers et qui ne font pas toujours avancé l’intrigue… Hickum et les personnages qui l’accompagnent réussiront-ils à renverser le système ? Et les questions qu’on se pose jusqu’au bout du livre vont même plus loin : essayeront-ils de le faire ?

« Des savons pour la vie », Harry Crews, Editions Folio, 368 pages, 7,80€

« Le rêve de Ryosuke », Durian Sukegawa

Après Les Délices de Tokyo, Durian Sukegawa signe un second ouvrage tout aussi poétique.

Ryôsuke manque cruellement de confiance en lui depuis la mort prématurée de son père. Après une tentative de suicide, il décide de suivre ses traces et s’installe sur l’île sur laquelle il a passé ses dernières années. L’auteur propose de suivre l’apprentissage de ce jeune homme qui tente de réaliser le rêve de son paternel : produire du fromage. Sur cette île réputée pour ses chèvres sauvages, il découvre que le couteau qui a été planté dans sa poitrine peut aussi servir à découper du fromage.

Et le livre commence fort ! Dès les premières pages, on suit le mystérieux embarquement de ce trio de jeunes adultes atypiques (dont le héros) à destination d’une île. Ayant tous fait l’expérience de la douleur, la venue sur l’île est une fuite, une recherche de soi à la conquête d’un futur. Et Ryôsuke tentera de les intégrer tous à son projet. Mais les habitants de l’île, plus habitués à manger les chèvres qu’à les apprivoiser, voient d’un mauvais œil ce projet. Tabous locaux, colère des habitants, à travers l’histoire de son personnage, Durian Sukegawa évoque les difficultés à trouver sa voie dans notre société.

« Le rêve de Ryosuke », Dorian Sukegawa, Edition Livre de Poche, 336 pages, 7,40 euros

« Il faut que je vous parle », Blanche Gardin

Rares sont les spectacles de stand-up qui peuvent se retrouver en librairie ! Il faut que le texte soit d’une grande qualité pour pouvoir être seulement lu. Blanche Gardin fait partie de ces humoristes qui écrivent leur propre spectacle avec finesse et précision. Sexe, racisme, pédophilie, mort, attentats… Sa plume n’a aucun tabou et livre avec un certain cynisme des traits d’humour décapants et cathartiques, déconseillés au moins de 16 ans. Pour ceux qui n’ont pas pu découvrir sur scène ce premier spectacle de Blanche Gardin, voici le moment de vous rattraper. Eclats de rire garantis !

« Il faut que je vous parle », Blanche Gardin, J’ai Lu, 160 pages, 5€

SHARE