Tout l’été, et chaque semaine, Untitled Magazine vous propose trois livres à lire. Que vous soyez dans votre maison de campagne, au bord de la plage, entre amis ou encore au travail, vous devriez trouver votre bonheur.

 

« Colette et les siennes », Dominique Bona

colette et les siennes dominique bona untitled magazine

Août 1914, les hommes partent à la guerre et les femmes tentent de s’organiser. Dans un joli chalet du XVIème arrondissement, Colette, la romancière et journaliste, invite trois de ses amies les plus proches. Toutes des artistes, des intellectuelles, des femmes livres. On y croise Annie Depène, romancière et journaliste, Marguerite Moreno, comédienne de théâtre et Musidora, la première vamp du cinéma muet. Colette et les siennes, c’est l’histoire de ces quatre femmes, de quatre amies qui vont vivre ensemble durant les premiers mois de la guerre.

Dans ce récit, la biographe Dominique Bona retrace la vie de Colette et de ses amies et rend hommage à travers elles aux femmes insoumises. Cheveux courts, passé sulfureux, sexualité libérée, l’auteure montre combien ces femmes sont libres. Colette, sans jamais s’intéressée à la politique, ne se revendiquant pas féministe, souffle un parfum de liberté dans une société en guerre. Ici, la biographe narre les épisodes les plus connus de la célèbre romancière. Tout y est vrai mais accompagné d’une belle narration. Un roman sensible, nuancé, qui nous rapporte les clés de ce vieux monde enfoui.

« Colette et les siennes », Dominique Bona, Edition Livre de Poche, 480 pages, 7,70 euros

 

« Baroque sarabande », Christiane Taubira

baroque sarabande christiane taubira untitled magazine

Reconnue de tous pour ses connaissances littéraires, l’ancienne Garde des Sceaux Christiane Tauubira, qui n’hésitait pas à nourrir sa réflexion politique de ses propres lectures, revient dans le livre Baroque sarabande sur les auteurs qui l’ont accompagnée, éduquée et façonnée, depuis sa petite enfance à Cayenne en Guyane. D’Aimé Césaire à Léon-Gontran Damas, sans oublier Gabriel García Márquez, René Char, Yachar Kemal, Simone Weil, ou Toni Morrison, ce livre prend la forme d’un éloge à la littérature et à la poésie.

À travers ce travail d’écriture, Christiane Taubira souhaite montrer au plus grand nombre, l’utilité de la lecture, mais aussi ce qu’elle lui doit : « Quoi que vous cherchiez à savoir ou à ressentir, à comprendre ou à percevoir, à saisir ou à entrevoir, quelque part un livre répond à votre quête. En procurant plaisir, volupté, félicité. Lire. Toute l’énergie, la passion, le bien-être et le tourment d’une vie ardente. »

Ce petit recueil, idéal à lire durant le calme des vacances d’été, nous invite à découvrir de nombreux textes d’auteurs, que Christiane Taubira décrit avec une tendresse reconnaissante.

« Baroque sarabande », Christiane Taubira, Philippe Rey, 173 pages, 9,80

 

« T’en souviens-tu mon Anaïs », Michel Bussi

t'en souviens tu mon anais michel bussi untitled magazine

Bien connu pour ses magnifiques romans à intringues, cette fois-ci Michel Bussi s’essaye à l’art de la nouvelle.

Cela fait treize jours qu’Ariane a posé ses valises dans cette villa de la côte d’Albâtre. Avec sa fille de 3 ans, c’est une nouvelle vie qui commence. Mais sa fuite, de Paris à Veules-les-Roses, rappelle une histoire semblable, un siècle plus tôt lorsqu’une célèbre actrice de la Comédie français est venue s’y installer pour y cacher un lourd secret. Se sentant suivie, observée, jusqu’à dans sa propre maison, Ariane perd rapidement la raison.

Après onze romans à succès, on découvre aujourd’hui le talent de Michel Bussi à travers ses petites nouvelles. On retrouve dans ces textes la plume de l’écrivain, son habillage et son ironie subtile. Avec ces quatre récits, l’auteur confirme son talent pour nous captiver, son art de la manipulation mais surtout son don pour les histoires haletantes. Léger, on dévore avec envie ce petit recueil de nouvelles.

« T’en souviens-tu mon Anaïs », Michel Bussi, Edition Pocket, 304 pages, 6,95 euros

SHARE