On a tous grandi en regardant Questions pour un champion, et on aimait tous Julien Lepers et ses petites fiches jaunes… Olivier Liron, lui, a participé à l’émission et nous raconte tout, depuis les coulisses jusqu’aux émotions ressenties quand il faut appuyer sur le buzzer.

Olivier Liron est autiste Asperger et sa vie n’a jamais été facile. Victime d’exclusion à l’école à cause de sa différence, il contient en lui une colère pour les autres qui ne l’empêche pas de ressentir affection et admiration infinies pour Julien Lepers.

De l’exclusion à la consécration

Alors qu’il a été éliminé de Questions pour un champion après quelques victoires, il est rappelé quelques mois plus tard pour participer à Question pour un super champion, un combat impitoyable entre les meilleurs candidats des émissions passées. L’enregistrement de cette émission, qui dure une journée, sera le fil rouge de ce roman autobiographique.

Chaque question posée par Julien Lepers, chaque réponse donnée par un des candidats et chaque étape du jeu sont l’occasion pour Olivier Liron de nous raconter des épisodes de sa vie. C’est avec un humour exceptionnel qu’il nous fait entrer dans une vie qui n’a pas été facile, victime de bourreaux à l’école primaire et incompris de tous au fil de sa vie. Malgré l’horreur de certaines anecdotes – comme celle où collégien, des camarades lui accrochent les oreilles au fil barbelé contre une barrière -, Olivier Liron les tourne d’une façon qui lui permet de dire qu’il prend sa revanche sur tous ces mauvais traitements, sur toutes ces fois où on ne l’a pas compris. Il participe à Questions pour un champion pour la deuxième fois, et il passe à la télé !

« Face à la violence du monde, que peut la littérature ? »

Mais, bien avant sa participation à l’émission, c’est la littérature, et la poésie en particulier, qui a permis à Olivier Liron de surmonter ces épreuves, sa solitude et sa colère : il entre en classe préparatoire littéraire, puis à l’ENS et poursuit sa passion pour l’écriture. Alors que toute sa vie n’avait été que violence, il trouve la paix dans la poésie, il peut enfin exprimer ce qui était enfermé en lui quand il était enfant, cette différence qui le séparait des autres. « Quand on ne peut pas parler, on construit des forteresses. Ma forteresse à moi est faite de solitude et de colère. Ma forteresse à moi est faite de poésie et de silence.« 

Avec un humour décapant, Olivier Liron nous rend sincèrement sympathique le moment partagé à l’occasion de cette émission télévisée, un grand classique auquel nous pouvons tous nous identifier. Et par là, il combat l’exclusion, mission qu’il attribue à l’écrivain : « L’écrivain doit faire deux choses. Ne pas mentir sur ce qu’il sait. Jamais. Et lutter de toutes ses forces contre l’exclusion« . Tout un programme !

einstein le sexe et moi olivier liron untitled magazine

« Einstein, le sexe et moi », Olivier Liron, Alma éditeur, 280 pages, 18€ – parution le 6 septembre 2018

SHARE
Journaliste littéraire chez Untitled Magazine. Contact mail : m.ciulla@untitledmag.fr