Le genre des comédies romantiques n’est pas une spécialité française, loin s’en faut. Quelques exceptions confirment la règle mais « Rupture pour tous » n’en fait pas partie.  Eric Capitaine signe ici un film ampoulé et arrogant, à l’image de son personnage principal.

Mathias Lonisse, créateur de la société Love is dead, est un artisan de la séparation amoureuse. Il est mandaté pour rompre à la place de celles et ceux qui pour une raison ou une autre préfèrent s’éviter cette tâche bien souvent pénible et délicate. Mathias assume parfaitement son métier, et effectue chaque mission avec un grand sens du professionnalisme, jusqu’au jour où maman décide de quitter papa…

©Légende Distribution
©Légende Distribution

French Lover

Qu’il est difficile de réaliser une comédie romantique et, a fortiori, une bonne. Dans l’imaginaire collectif ce genre est lié aux gratte-ciels new-yorkais, à la musique de Frank Sinatra ou encore à Meg Ryan et Tom Hanks s’embrassant en plein Central Park.  Néanmoins, certains films ont osé braver le passage outre-Atlantique afin de lancer la romance cinématographique française dans ses premiers ébats – L’Arnacoeur du regretté Pascal Chaumeil était parvenue avec justesse à mélanger humour et amour sans tourner la chose au ridicule. Le pitch de Rupture pour tous n’étant d’ailleurs pas sans rappeler celui du film avec Romain Duris. A ceci près qu’au lieu de rendre leur liberté aux femmes malheureuses en les séduisant, le héros d’Eric Capitaine s’occupe simplement de faire le ménage, sans distinction et surtout sans finesse.

©Légende Distribution
©Légende Distribution

Mauvais traitement

Si l’idée originale ne soit pas forcément dénuée de fantaisie, le traitement qu’en fait Eric Capitaine est tellement inégal qu’il peine à transcender le postulat initial.  Rupture pour tous fait partie de cette catégorie de films dont on sent que chaque dialogue a tellement voulu faire mouche qu’il en perd tout naturel. Le film ressemble donc à une succession de sketchs mis grossièrement bout à bout dans l’espoir imbécile d’arracher un sourire au spectateur. La comédie d’Eric Capitaine peine à trouver le ton juste et ce malgré ces deux sympathiques comédiens. Si l’on sent toute l’envie du réalisateur de donner à son projet un aspect mordant et cynique, il n’en résulte qu’une bouillie d’autant plus bien-pensante qu’elle aura voulu être évitée.

©Légende Distribution
©Légende Distribution

Le premier long métrage d’Eric Capitaine se prend donc les pieds dans les plis de son ambition. Love is dead.

https://www.youtube.com/watch?v=IUw-3Co2YVk

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here