Le duo stéphanois Ladybug and The Wolf a dévoilé fin 2016 les dix titres de leur premier album Mammatus, entre pop, folk, country et électro rêveuse.

Derrière le nom énigmatique de Ladybug and The Wolf se cachent Paloma et Kevin, deux jeunes stéphanois qui ont décidé de faire de la musique ensemble. Après un premier EP en 2013 et un autre en 2015, le duo a dévoilé fin octobre 2016 un premier album intitulé Mammatus.

Une pop-folk aérienne

Mammatus est le nom d’une forme de nuage, et l’on comprend pourquoi le groupe a choisi ce mot latin pour titre de leur premier album. La musique de Ladybug and The Wolf est subtile et vaporeuse, parfois chargée de larmes et de mélancolie.

Paloma, franco-mexicaine, a une voix de velours, à la fois claire et chaude, très pure et très harmonieuse. Elle croise souvent celle de Kevin qui chante avec elle sur les refrains de la plupart de leurs chansons. On les compare souvent à Cocoon, voire à Agnès Obel. Après Mutine, Lily Wood and The Pricks ou encore Eléphant, Ladybug and The Wolf est un nouveau duo masculin-féminin qui se démarque par l’éclectisme de leurs compositions et la douceur du chant de Paloma.

Deux clips étonnants

Premier extrait de cet opus, Animals s’accompagne d’un clip, tout comme le second : Have a Bite on Me. Les deux vidéos ont pour point commun un univers étrange et inquiétant. Dans la première, réalisé par Loïc Foulon pour Block8 Production, une femme erre dans un bâtiment abandonné. En blouse d’hôpital, sa tête est entièrement bandée. Cette curieuse créature sans visage va retrouver un homme semblable et danser avec lui.

Dans la vidéo de Have a Bite on Me, réalisée par Auuna, on retrouve cette fois-ci le duo caché derrière des masques blancs. La peinture rouge sur leurs corps disparait dans un bain de sang. Une évocation un brin lugubre de la peine qui s’efface : « You won’t have a bite on me no more…» chantent-ils. Une étrange vidéo qui s’inscrit en décalage avec la mélodie légère des refrains et les arrangements folk de cette chanson pourtant plutôt positive.

Un album varié et soigné

L’album Mammatus s’ouvre sur le morceau Stung by The Moon, belle démonstration de la richesse de la musique de Ladybug and The Wolf, à la fois folk pour l’omniprésence des guitares, pop pour les mélodies accrocheuses et électo parfois dans le choix des sonorités. Mais le duo s’autorise aussi des incursions dans le rock (Drunk), la pop-dance des eighties (What does it means) ou encore la country avec par exemple Little Old Man, une chanson très « Far West » enjouée qui vous fera certainement taper du pied.

Autre coup de cœur de Mammatus, les ballades Dying Eyes et For You. La première au piano, la seconde à la guitare : les deux sont simples et belles, avec un chant à la fois intense et épuré. Point d’orgue de l’album, Cut Your Feet Off débute a capella et s’étoffe au fur et à mesure d’instruments et de voix pour donner une chansonnette un brin rétro, mais délicieusement rafraichissante. Plus rock, le titre Drunk est interprété par Kevin, et cette voix masculine apporte à l’album une couleur supplémentaire.

Un album décidément très varié, qui ouvre une multitude de voies à ce jeune duo prometteur. L’avenir nous dira dans laquelle ils souhaitent s’engouffrer, à moins qu’ils ne choisissent d’assumer encore longtemps cet éclectisme qui, il est vrai, leur confère une certaine identité.

Mammatus, Ladybug and The Wolf
Mammatus, Ladybug and The Wolf

Ecoutez et achetez l’album Mammatus sur Bandcamp (10€).
Retrouvez l’actualité de Ladybug and The Wolf sur Facebook.

PDF24    Send article as PDF