L’artiste Japonaise découverte par le grand public lors de la Biennale de Venise en 2015, présente actuellement une exposition Destination à la galerie Daniel Templon. Née à Osaka en 1972, Chiharu Shiota marque le paysage artistique contemporain par ses installations monumentales en fils de laine. Après une installation de fils blanc au Bon Marché, cette exposition immersive, poétique adoucit les coeurs et réconcilie avec une forme de création contemporaine.

Exhibition view Destination, Galerie Daniel Templon, Paris 2017
Exhibition view Destination, Galerie Daniel Templon, Paris 2017

Une artiste à l’avenir éminemment prometteur

Depuis 7 ans, Chiharu Shiota collabore avec la Galerie Daniel Templon avec qui elle a engagé un sérieux tour du monde. Principalement connue pour ses installations de fils de laine, la critique semble unanime à son sujet. Il est vrai que ses réalisations sont toutes plus surprenantes les unes que les autres et d’une poésie inqualifiable. Le thème du voyage, dont la métaphore est filée depuis la Biennale de Venise en 2015, marque ici sont 3e arrêt. L’exposition actuelle appelée Destination présente une armature de bateau, réalisée par Chiharu Shiota et son atelier, assimilée à un squelette d’homme tant les pièces sont frêles. Le bateau semble suspendu, légèrement en lévitation grâce aux fils rouges qui le lient aux murs. Le voyage représente pour elle une forme de connexion entre les hommes. Cette connexion est évidemment renforcée par les rencontres, les croisements et les enchevêtrements des fils de laine. La vie nous fait parfois prendre des chemins biscornus et nous met certaines personnes sur notre passage mais tout cela relève du voyage et de la rencontre. Réalisé comme un jeu sans plan déterminé à l’avance, l’installation prend forme presque au hasard. Alors que les pelotes de laine passe de main en main et se lancent à travers l’espace, la création est elle-même un réseaux de connexion. Exposée dans toutes les grandes manifestations culturelles, dans les hauts lieux du luxe et adorée des médias, rien ne semble pouvoir arrêter l’ascension exponentielle de Chiharu Shiota.

Exhibition view Destination, galerie Daniel Templon, Paris, 2017
Exhibition view Destination, galerie Daniel Templon, Paris, 2017
Night Sky III, 2017 String on canvas 200 x 140 cm 78 3:4 x 55 1:8 in.
Night Sky III, 2017 String on canvas 200 x 140 cm 78 3:4 x 55 1:8 in.

Un discours sans prise de risque

Ces fils qui se croisent et qui créent une sorte de halo enveloppant est uniquement appelé « réseaux de connexion ». Pourtant, ces installations et les boites qu’elle réalise font évidement écho à une toile d’araignée ou à un cocon. Ces deux notions sont prescrites à cause d’une ancienne critique. Non pas qu’elles soient erronées mais elles sont jugées trop négatives. La toile d’araignée et le cocon sont associés, selon elle et la galerie, à un enfermement subi voire mortifère. Une toile d’araignée semble fragile alors qu’elle est protectrice et solide. C’est pourtant bien ces sensations de fragilité et de protection que l’on ressent lorsqu’on s’engouffre sous ces arches de fils rouges. Loin d’être une référence uniquement désagréable, la toile d’araignée est aussi l’incarnation des réseaux de connexion et donnera naissance au WEB. La toile d’araignée et la petite bête qui la produit sont mises de coté pour ne pas froisser les âmes sensibles des acheteurs. Pour satisfaire le marché de l’art et les collectionneurs avides de grands noms, Chiharu Shiota réalise des oeuvres plus commerciales. Des sortes de boite dans lesquelles des objets semblent emprisonnés dans leur dernier instant de vie, comme figés, côtoient dans la même pièce des toiles peintes puis tissées. D’ailleurs la Galerie Daniel Templon ne s’en cache pas, l’un des directeurs adjoint revendique la nécessité de créer des oeuvres commerciales que les acheteurs pourraient posséder physiquement. En effet, il est possible d’acheter l’installation en tant que scénographie et une partie des droits qui vont avec comme l’a fait la Fondation Louis Vuitton avec l’installation réalisée au Bon Marché-Rive Gauche en 2016-2017.

Chiharu Shiota, installation au Bon Marché, 2017, Crédit photo - Gabriel de la Chapelle
Chiharu Shiota, installation au Bon Marché, 2017, Crédit photo – Gabriel de la Chapelle

Les installations éphémères : l’importance de la légende

Est-ce que vous vous souvenez du Pavillon Japonais de la Biennale de Venise en 2015 ? Est-ce que vous en avez entendu parler ? L’installation était d’un rouge grandiose, poétique et immersive. Partout vous lirez ou vous entendrez des adjectifs laissant imaginer une installation exceptionnelle. C’est le but des oeuvres d’art éphémères. Que ce soit des performances, des installations ou des oeuvres d’art périssables, il restera toujours une chose : la légende. Malgré des photographies, des vidéos, des ouvrages dédiés, rien ne sera plus puissant que la légende qui se raconte autour des oeuvres. Par exemple, pour la Biennale de Venise, la légende veut que 300 000 clés, qui ne servaient plus, lui aient été envoyées par des inconnus. 300 000… Vous vous rendez compte de l’engagement d’inconnus que cela demande ? Pareil pour son installation avec des valises, des milliers de personnes lui en auraient fait parvenir. Que cela soit véridique ou inventé, la légende autour de la conception, de la réalisation et de l’expérience vécue perdurera avec plus de véracité et de fascination qu’un document. Chiharu Shiota et son illustre galeriste semblent être devenus des experts dans ce domaine et nous en sommes presque ravis tant ces installations sont fabuleuses.

Chiharu Shiota, Pavillon du Japon, Biennale de Venise 2015, ©Photo (AFP)
Chiharu Shiota, Pavillon du Japon, Biennale de Venise 2015, ©Photo (AFP)
Chiharu Shiota, Accumulation, Searching for a Destination, 2014 — Vue de l’exposition Dialogues , The New Art Gallery, Walsall Courtesy de l’artiste et The New Art Gallery, Walsall, galerie Daniel Templon, Paris, Bruxelles
Chiharu Shiota, Accumulation, Searching for a Destination, 2014 — Vue de l’exposition Dialogues , The New Art Gallery, Walsall Courtesy de l’artiste et The New Art Gallery, Walsall, galerie Daniel Templon, Paris, Bruxelles

Vous pourrez aussi retrouver, jusqu’au 8 octobre 2017, une installation monumentale de 25 mètres de haut au coeur de la nef de l’église Saint Joseph dans le cadre de l’événement Un été au Havre.

Accumulation of Power © Philippe Bréard
Accumulation of Power © Philippe Bréard

__
Chiharu Shiota, Destination
jusqu’au 22 juillet 2017

Galerie Daniel Templon
30 rue Beaubourg 75003 Paris

Entrée libre