Le 5 juillet 1946, l’ingénieur français Louis Réard présente le premier bikini à l’occasion d’un défilé organisé à la piscine Molitor à Paris ! Retour sur une invention française qui fête ses 70 ans cette année.

C’est un nom français peu connu qui se cache derrière une invention majeure du XXe siècle : Louis Réard. Il baptise son invention « le bikini », un nom qui mettra le feu au poudre. Une véritable bombe ! Mais assurément une « bombe anatomique », selon la formule de l’ingénieur français Louis Réard, qui baptisa son invention du nom d’un microscopique atoll du Pacifique Sud sur lequel les Américains procédèrent à un essai nucléaire le 1er juillet 1946.

Une danseuse du Casino de Paris accepte de porter le premier bikini

Quelques jours plus tard, nous sommes le 5 juillet, Louis Réard présente ce nouveau maillot de bain, qu’il veut tout aussi explosif, à l’occasion de « La Finale du concours de la plus jolie baigneuse » à la piscine Molitor, à Paris. Porté par une danseuse du Casino de Paris, Micheline Bernardini, le vêtement très minimaliste fait scandale. Il dévoile les hanches, le nombril et même une partie des fesses. Le bikini sera le premier maillot deux-pièces qui révèlera sans trop de pudeur le corps de la femme. Mais ce « petit maillot de bain » est encore bien trop choquant pour l’époque. Le 5 juillet 1946, Louis Réard connaît des débuts difficiles. On le juge trop vulgaire, allant jusqu’a penser qu’il n’appartient pas au monde de la mode.

Après s’être manqué, le bikini va connaître un purgatoire de presque dix ans : en 1949, les préfectures françaises bannissent le bikini de certaines plages de la côte Atlantique, il sera prohibé jusqu’en 1970 dans de nombreux pays, notamment l’Espagne, la Belgique, l’Allemagne ou encore la très catholique Italie, le Vatican le dénonce dans son journal quotidien L’ Osservatore Romano, le magazine Vogue ira même jusqu’à le dénigrer, en 1951, « ce bikini qui a transformé certaines côtes de nos régions en coulisses de comédies musicales et qui, de plus, n’embellit pas la femme ».

Brigitte Bardot, Ursula Andress… les stars adoptent le bikini

Il faut attendre les années 50 pour que le bikini trouve sa place sur les serviettes des plages françaises. Adopté par les stars du grand écran, le bikini troc son image choquante pour devenir un accessoire de séduction. Sa meilleure ambassadrice ? Brigitte Bardot.

C’est en 1953, lors du Festival de Cannes, que le maillot scandaleux connaît une renaissance, beaucoup plus médiatique, grâce à la jeune et jolie BB. A seulement 18 ans, elle affole les photographes en posant en bikini sur la plage de l’hôtel Carlton. Grâce aux starlettes, aux actrices, aux mannequins… le bikini sort peu à peu de l’ombre, mais conserve toujours ce côté transgressif, sulfureux, comme dans le tube de Dalida Itsi bitsi, petit bikini, qui, en 1960, raconte l’histoire de cette jeune fille en « bikini rouge et jaune à p’tits pois », qui n’ose quitter sa cabine de peur de « choquer ses voisines ». On retrouvera Brigitte Bardot, en 1956, portant un bikini en toile Vichy, dans le film « Et Dieu… créa la femme ». Le magazine Vogue reviendra sur ses propos et ira jusqu’à élire le bikini « vêtement de l’année » en 1959. En 1962, c’est Ursula Andress, qui enfilera le maillot de bain le plus célèbre de l’histoire du cinéma, en lamé or et marquera les esprits, dans « James Bond 007 » contre Docteur No. Le terme fait alors son entrer dans le dictionnaire, avant de devenir un must des vacances d’été.

Il s’impose définitivement après Mai-68

Mais c’est en 1968 qu’il marque sa véritable démocratisation. Adopté par la jeunesse, il symbolise la rupture avec la génération précédente ». Puis la plupart des femmes plébisciteront le deux-pièces pour étendre leur bronzage. Pour en arriver à ce dévoilement assumé du corps de la femme, il aura fallu tout de même attendre plus de cent ans, depuis les premiers costumes de bain du XIXe siècle en passant par les « maillots de bain 1900 », qui laissaient entrevoir les bras dans les années 1920 puis les épaules et les cuisses dans les années 1930. Apparu progressivement, le bikini représente une étape importante dans l’émancipation des femmes. Grâce à lui, elles ont pu troquer leur costume de bain trois pièces ultra couvrant pour deux petites pièces de tissu qui laissent apparaître le ventre. Une révolution dans l’histoire de la mode qui accompagnera la libération de la femme à la fin des années 40 (avec notamment le droit de vote accordé en 1944).

Mais il aura malencontreusement ouvert la voie à d’autres dévoilements jugés encore plus scandaleux, comme la mini-jupe, le monokini, qui dénude la poitrine, les robes transparentes d’Yves Saint Laurent, dont les magazines américains refusaient de publier les photos, ou le string, dans les années 1980…

Souvent concurrencé par le monokini, par le trikini, ou récemment, par le sexykini, ultra-échancré, le bikini n’a jamais été égalé. Prononcé de la même manière dans toutes les langues, c’est un intemporel, une révolution dans la mode : c’est la seule pièce de la garde-robe féminine qui n’a pas bougé en soixante ans, à l’exception de sa matière. Finalement, cette invention française aura conquis le monde entier.

Micheline Bernardini, le 5 juillet 1946 à l’occasion de « La Finale du concours de la plus jolie baigneuse » à la piscine Molitor, à Paris.
Brigitte Bardot, en 1962, lors du tournage du film « Vie privée »
Jane Birkin
Ursula Andress, en 1962, dans le film « James Bond 007 » contre Docteur No
Grace Kelly en bikini taille haute
SHARE
Rédactrice Actualité Mode