Né en 1969, Oysten Stene est un Norvégien prolifique, auteur et réalisateur. Il s’est notamment essayé au cinéma (courts et longs métrages, films d’animation), au théâtre ou encore à la BD. Il signe aujourd’hui avec Zombie Nostalgie son quatrième roman. Plongée irréelle dans un monde qui s’interroge sur son humanité et sa propre réalité.

Les romans des pays nordiques touchent un lectorat de plus en plus grand, et à juste titre. Maniant avec un goût certain le drame, et l’humour (noir, parfois très noir), des histoires complexes et intrigantes, les auteurs scandinaves se sont fait une place dans le domaine du polar et de la fiction policière ; la très bonne série de Stieg Larsson n’étant que la partie émergée de l’iceberg. Ici Oysten Stene nous emporte dans un monde parallèle contemporain, sur la petite île de Labfonia. Découverte progressivement par des explorateurs européens dans l’Atlantique cette île perdue intrigue et questionne les scientifiques qui y sont envoyés. Des humanoïdes sont découverts arpentant l’île mais comme dépossédés de toute âme, de toute volonté, marchant difficilement, et à la peau froide et dépigmentée. Mettant progressivement en place structures et autonomie de l’île, son existence reste toutefois pendant longtemps secrète.

L’histoire se déroule durant la fin des années 1980, débutant avec l’arrivée incongrue d’un Labfonien sur la terre de Labfonia (comme toutes les arrivées sur l’île), c’est aussi notre propre arrivée, en tant que lecteur, dans l’univers de l’auteur. Pris en charge par l’administration, il va apprendre à se comporter, se mouvoir, et évoluer dans une société stagnante et mal-à-l’aise avec elle-même, à l’image de tout labfonien. Il se rend compte qu’il ne peut ressentir ni émotion ni humanité (pour tout ce que ce terme peut représenter), qu’il n’a aucuns souvenirs, et ne sait comment il est arrivé là. A l’image des autres labfoniens il se met à imiter les comportements humains. Mais une partie d’entre-eux cherche à tout prix à ressentir, même vaguement, quelque chose. Quitte à utiliser des moyens dépassant le concevable.

Hésitant entre vie et mort, entre existence et non-existence, le labfonien prend conscience de sa réalité mais aussi de ce qui l’entoure et du statut particuliers de l’île. Entre science-fiction philosophique et roman initiatique l’auteur nous amène à réfléchir sur la notion même d’humanité. Bien écrit, froid, réaliste et frappant, le dernier roman Oysten Stene nous entraîne dans les tréfonds d’une société morbide pour nous interroger sur nos émotions et nos sentiments.

Zombie Nostalgie, Oysten Stene, Actes Sud, 304 pages, 22 €

ZombieNostalgie

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here