L’artiste Robert Alazraki présente une installation qui réunit deux séries photographiques, « Sol y sombra », exposition curatée par Françoise Docquiert, à l’Entrepôt jusqu’au 5 novembre 2021.

Les vivants entourent les morts

Lors d’une corrida, « sol » est l’appellation des places les moins chères et « sombra » celle des plus chères. La corrida se déroule habituellement dans des arènes, ces cercles où les vivants entourent les morts. Une des photos évoque d’ailleurs une mise à mort qui a eu lieu aux arènes de Arles.
L’idée que les vivants entourent les morts est chère à l’artiste, si bien qu’elle donne son impulsion à l’ensemble de la scénographie. Elle s’annonce d’ailleurs avec la première photo de l’exposition sur laquelle on voit un cimetière entouré d’habitations : comme c’est le cas de nombreuses villes.

« Sans vivants… »

vue de l’exposition « Sol y sombra ». (c) Robert Alazraki

Le parcours s’ouvre sur une frise qui fait le tour de l’exposition. À hauteur de yeux, le public est invité à suivre des silhouettes en mouvement que Robert Alazraki a photographié au fil des années, au même endroit.
Les passants sont devenus des instantanés, pérennisant ainsi leur démarche, devant un mur décoré par des enfants. Le soleil et les tulipes colorées de la fresque, l’enfance qu’on distingue dans les traits, le mouvement des passants à pied ou en scooter rappellent la vie bouillonnantes sur tout le pourtour de la pièce.

… Il n’y aurait pas de morts

« Il n’y aurait pas de morts s’il n’y avait pas de vivants » constate l’artiste.

vue de l’exposition « Sol y sombra ». (c) Robert Alazraki

Ainsi, au centre de l’exposition un cimetière des chiens écrasés – au nom inspiré par l’ancienne rubrique de faits divers – prend place. Les photos sont posées sur des socles noirs à même le sol. On y découvre une série de clichés qui a demandé plusieurs années de travail. Ce thème de la mort animale est universelle. Les photos ont été prises aux quatre coins du monde, au grès des voyages de l’artiste : dans l’Atlas, au Texas, dans le Sud de la France… Chats, chiens, tatous et de nombreuses autres espèces racontent une autre vie après la mort : celle du corps qui change, qui se décompose dans un mouvement bien plus lent, presque imperceptible, en comparaison des silhouettes en marche qui ornent les murs.

« Sol y sombra »
une installation de Robert Alazraki
curaté par Françoise Docquiert
L’Entrepôt
7 rue Francis de Pressensé, 75014 Paris
entrée libre, du mercredi au samedi de 15h à 20h
jusqu’au 5 novembre 2021