Pour cette semaine du 21 septembre, nous vous proposons notre sélection des films à voir, du tout nouveau Xavier Dolan au grand vainqueur du Festival du film Américain de Deauville.

« Juste la fin du monde », réalisé par Xavier Dolan

Après douze ans d’absence, un écrivain retourne dans son village natal pour annoncer à sa famille sa mort prochaine. Ce sont les retrouvailles avec le cercle familial où l’on se dit l’amour que l’on se porte à travers les éternelles querelles, et où l’on dit malgré nous les rancoeurs qui parlent au nom du doute et de la solitude.

Comme à ses débuts, Xavier Dolan titille autant l’admiration que l’agacement. Pour son sixième long-métrage, il adapte Jean-Luc Lagarce avec brio : casting de choix (et français s’il vous plaît), obsession pour les relations amour-haine, regard amer sur les liens familiaux et réalisation romanesque… Pas son meilleur, mais assez bon, toujours, pour faire jaser dans les cours.

https://youtu.be/eSIXbNuCFNY

« Soy Nero », réalisé par Rafi Pitts

Nero a 19 ans, il vit au Mexique depuis qu’il a été expulsé des Etats-Unis faute de papiers. Très attaché à la culture américaine et à l’idée de retrouver le pays dans lequel il a grandi, il tente coûte que coûte de rejoindre les USA pour y rejoindre son frère dans un premier temps, puis réaliser son rêve et obtenir la nationalité américaine en s’engageant dans l’armée. Un parcours sinueux que va tenter de braver le jeune homme face à de nombreuses barrières.

Rythmé, bien senti et très critique envers ce que les américains appellent le « patriot act » : Ce drame, qui s’approche parfois de la comédie, et dont la fin sonne comme un film de guerre, est une belle réussite pour le réalisateur Iranien. Surtout dans une période où les questions d’identité et de nationalité sont au centre de nombreuses préoccupations.

https://youtu.be/mUAc9GztofE

« Brooklyn Village », réalisé par Ira Sachs

A la mort de son père, Brian hérite de sa maison au coeur de Brooklyn, dont le rez-de chaussée est loué pour peu cher à Léonor, une couturière latino-américaine. Par chance,Jake, le fils du jeune couple, s’entend rapidement avec Tony, celui de leur locataire. Mais très vite, ils rencontrent un problème : le loyer que paye la jeune femme à ses nouveaux propriétaires. Les relations vont alors se tendre et influer sur le comportement de leurs enfants.

Grand vainqueur du Festival du Film Américain de Deauville, Brooklyn Village est un drame touchant, qui nous emmène au coeur d’un Brooklyn en cours de modernisation et de gentrification. Un film tout en simplicité, naturel, et que l’on s’approprie assez facilement.

https://youtu.be/Ri6WtDOMYpg

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here