Après un très remarquable premier livre intitulé Le coeur battant de nos mères, récompensé par le prix Lire du meilleur premier roman en 2017, Brit Bennett revient avec L’autre moitié de soi, un roman puissant sur la quête identitaire.

L’histoire débute à Mallard, dans une petite ville fantôme (et fictive) de Louisiane construite en 1848 et composée de plusieurs générations de Noirs-Américains, tous plus clairs les uns que les autres. Ici, se trouve une population qui ne rêve que d’une chose : ne plus être noirs tout en sachant qu’ils ne seront jamais blancs.

Deux identités, deux entités

Stella et Desiree Vigne, jumelles y naissent et grandissent paisiblement jusqu’au jour où leur mère les retire de l’école et les force à faire le ménage chez de riches familles blanches. Décidées à vivre une autre vie, différente de celle de leur mère, elle fuguent à l’âge de 16 ans et se retrouvent propulsées dans un autre univers, à la Nouvelle-Orléans où elles finiront par se séparer. « La vérité n’était évidemment ni aussi sinistre ni aussi mystique, et les jumelles ne tardèrent pas à refaire surface à la Nouvelle-Orléans (…). Mais on ne les avait jamais revues. Pire encore, après un an, elles s’étaient séparées et leurs vies s’étaient scindées en deux, aussi nettement que l’oeuf dont elles étaient issues. »

Brit Bennett s’intéresse ici à deux soeurs jumelles, qui ont choisi toutes deux, deux voies opposées. « Quand on a une jumelle, on a parfois l’impression de vivre avec une autre version de soi. Tout le monde a sans doute ce fantasme de soi alternatif. Sauf que le sien était réel ». Tandis que Stella, grimpe les échelons dans une entreprise dans laquelle on la considère comme blanche, se marie avec un homme blanc fortuné, Destinée, épouse et mère de famille, mariée à un Noir à la peau foncée, se fait battre et est contrainte à s’enfuir une seconde fois, pour rentrer chez elle.

Trouver sa place

A travers ces beaux portraits de femmes, elle met en avant les aspirations profondes d’abord d’une mère, puis celles de ses filles. Et à la génération suivante, ce sont les deux cousines, l’une noire et l’autre blanche, qui feront raviver les souvenirs et le passé. Brit Bennett signe un roman émouvant et dur sur les questions identitaires : qui sommes-nous réellement ? Comment faire le bon choix de vie ? « Peut-être avaient-elles passé leur enfance et leur adolescence à s’ajuster en fonction de l’autre, à se compenser mutuellement ».

Sur fond de crise identitaire et de société qui n’a de cesse de séparer les Noirs des Blancs, la famille et la filiation prennent une place majeure dans ce roman qui nous laisse sans voix. Brit Bennett frappe une nouvelle fois, et ce très fort.

l'autre moitié de soi brit bennett

« L’autre moitié de soi », Brit Bennett (traduit de l’anglais par Karine Lalechère), Editions Autrement, 480 pages, 22,90€

Découvrez d’autres livres de l’autrice :