Pensé en écho à La Dimension d’après de son partenaire de scène Tsirihaka Harrivel avec lequel elle a monté le réjouissant GRANDE, le dernier spectacle de Vimala Pons propose une exploration du Périmètre de Denver. À découvrir au 104 jusqu’au samedi 26 février puis en tournée.

Kesaco que ce périmètre de Denver ? Si l’on en croit la note de salle, il s’agirait, en psychologie, d’« un espace mental d’incertitude créé par un mensonge ». Mais qui va donc nous mentir ? Pons prend le prétexte d’un meurtre dans une thalassothérapie à Brighton pour nous emmener à la suite de sept personnages tous plus ou moins empêtrés dans leurs vérités.

Première auditionnée, l’ex-chancelière allemande Angela Merkel. Venue se ressourcer, si ce n’est se retrouver après tant d’années en politique, elle quitte un à un ses anciens habits mais sans parvenir à se délester du poids de sa carrière. Par ce mode de strip-tease sous influence, Pons se dévêtit d’une multitude de couches de vêtements tout en maintenant en équilibre sur sa tête des objets. Cette prouesse avait déjà fait ses preuves dans GRANDE. On la retrouve donc sans surprise mais encore avec fascination, captivé.e.s par cette idée de représenter une carrière par des rochers à la stabilité précaire, prêts à tout instant à tomber tel un couperet. Parallèlement, c’est là aussi que le bat blesse.

Alors que dans GRANDE il était question d’un duo aux numéros riches et variés, on en vient rapidement à se douter de ceux qui vont suivre dans Le Périmètre de Denver. Sans vouloir enlever cette capacité époustouflante à Vimala Pons de pouvoir maintenir toutes sortes d’objets sur sa tête (escalier, cartons, voiture, etc), et sans omettre l’inventivité de certaines idées (comme celle d’illustrer la volonté de déplacer une réunion en la prenant, table et collègues, sur la tête), on en vient à se demander si tout cela ne sert pas de prétexte. Car ni l’enquête qui patine à mesure des témoignages partiaux, ni les numéros, ne semblent vouloir échapper à une certaine répétition.

Alors certes, l’équipée bigarrée prodigue des moments d’euphorie comique, mais elle donne aussi l’impression latente d’une bande démo d’une comédienne aux multiples accents.

« Le Périmètre de Denver »
conception, réalisation, texte et création sonore Vimala Pons

Jusqu’au 26 février au 104 à Paris puis en tournée.