Un portrait, un lieu, une histoire. L’histoire de quelques enfants atypiques, vus à travers l’endroit où ils dorment. Des vies complètement différentes.

 © James Mollison
© James Mollison.  Tous les droits réservés.

James Mollison est né au Kenya en 1973 et a grandi en Angleterre. Aujourd’hui, il vit à Venise, en Italie. On a déjà pu voir ses photographies dans le New York Times Magazine, le Guardian, le New Yorker ou encore Le Monde. Son travail a été exposé dans le monde entier. Pour son nouveau projet, le photographe a entrepris de parcourir le monde pendant deux années de suite pour créer un panorama des lieux où dorment chaque soir des enfants. Dans ce livre on fera la connaissance de Kaya, poupée tokyoite dont la garde-robe coûte 1000 dollars mensuels à ses parents mais aussi de la petite Indira, qui travaille depuis l’âge de trois ans dans une carrière de granit au Népal. Un parallèle saisissant autour de l’inégalité et des différences de cultures. Cette entrée dans l’intimité des enfants peut peut-être choquer ou mettre mal à l’aise. Mais elle ne nous laisse pas indifférent. L’ensemble du projet est disponible dans le livre « Where Children Sleep ».

 © James Mollison
© James Mollison. Tous les droits réservés.
 © James Mollison
© James Mollison. Tous les droits réservés.
 © James Mollison
© James Mollison. Tous les droits réservés.
 © James Mollison
© James Mollison. Tous les droits réservés.
 © James Mollison
© James Mollison. Tous les droits réservés.
 © James Mollison
© James Mollison. Tous les droits réservés.
 © James Mollison
© James Mollison. Tous les droits réservés.
 © James Mollison
© James Mollison. Tous les droits réservés.
 © James Mollison
© James Mollison. Tous les droits réservés.
 © James Mollison
© James Mollison. Tous les droits réservés.
 © James Mollison
© James Mollison. Tous les droits réservés.

Par Marie Heckenbenner

1 COMMENT

  1. Effectivement, il y a des photos assez impressionnantes mais c’est vrai qu’elles sont toutes très belles, parfois un peu dérangeantes et traduisant la dure réalité de certains de ces enfants …

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here