Metteur en scène et spécialiste de Copi dont il vient d’accompagner la réédition de certains ouvrages, Thibaud Croisy adapte, cinquante ans après sa création, L’Homosexuel ou la difficulté de s’exprimer. À découvrir au Théâtre de la Cité internationale du 29 septembre au 7 octobre.

Pour qui ne connait pas la pièce et a une vague idée de qui était Copi, dessinateur, écrivain et dramaturge argentin de langue française, navigant entre la satire et le loufoque, il y a de quoi être surpris voire interdit.e. Au milieu de la steppe enneigée une jeune femme (Irina) se contorsionne au sein d’une société où chaque membre semble avoir des vues sur son avenir – que ce soit sa mère (Madre), sa professeure de piano (Garbo), son oncle Pierre, le médecin (Feydeau), ou ses amants (Garbenko entre autres). L’Homosexuel attendu par le titre se fait mystérieux. Par contre une foultitude de références permettent un début de cadrage flottant : la madre autoritaire et castratrice rappelle celle des pièces de García Lorca, l’environnement a des airs de drames de Tchekhov, les relations humaines font penser à celles décrites par Tennessee Williams. Feydeau, lui aussi, n’est pas très loin. Mais encore faut-il avoir déjà vécu ces théâtres là. À moins que ça n’importe peu, tant le trouble est partie intégrante de ce à quoi assiste le public.

Pour donner à expérimenter ce texte, Thibaud Croisy a choisi une mise en scène relativement minimaliste, rectangle noir sur fond blanc figurant un îlot de bavardages au milieu du silence enneigé. Reste aux spectateur.rice.s à s’en remettre aux dialogues et à leurs interprétations. C’est ici que se dessine quelque chose de surprenant. Pour donner vie à ces trois protagonistes que sont Irina, Madre et Garbo, trois comédien.ne.s aux formations différentes ont été rassemblé.e.s par Croisy. Trois façons d’interpréter : théâtrale (Frédéric Leidgens pour Madre), vocale (Emmanuelle Lafon pour Garbo) et performative (Helena de Laurens pour Irina), le tout pour un concert de tons (antique, kitsch, trash, romantique, vaudeville, non-sens, etc). C’est ainsi que sans cesse en rupture, la pièce déstabilise ; d’autant plus que le texte est émaillé d’expressions physiques dérangeantes : avortement, défection, jambe cassé, sexe greffé, langue coupée. Tout cela participant à nourrir cette inconfortable question : à quoi le public assiste-il ?

Métissage de genres, d’arts, de langages, L’Homosexuel ou la difficulté de s’exprimer convie subrepticement à une expérimentation qui incite à questionner les repères culturels occidentaux. C’est intense, déconcertant, âpre, angoissant. La circonspection voisine avec l’enthousiasme.

L’Homosexuel ou la difficulté de s’exprimer
Texte Copi
Mise en scène Thibaud Croisy
Avec Emmanuelle Lafon, Helena de Laurens, Frédéric Leidgens, Arnaud Jolibois Bichon, Jacques Pieiller

Au Théâtre de la Cité internationale, Paris du 29 septembre au 7 octobre 2022 puis au TU – Nantes du 29 novembre au 2 décembre 2022.