Du 24 octobre au 3 novembre dernier se déroulait à Paris, le FUP, comprendre Festival d’Humour de Paris. Le rendez-vous de tous les styles d’humour concentrés en 10 soirées inédites, crée spécialement pour l’occasion : musical, geek, féminin… et représenté par une centaine d’artiste. Nous nous sommes rendus à l’une d’entre elle : la soirée Nostalgeek.

Sur l’affiche : Oldelaf, Kyan Khojandi, Navo, PV Nova Giedre ou encore les Fatals Picards. Des comédiens de la série Bref, au chanteur humoristique en passant par de célèbre blogueurs Youtube, le casting était prometteur. Autour d’un même fil rouge, la culture geek des années 70 à nos jours, ils revisitent autour de sketchs, parodies ou chansons drôles ce qui a marqué notre enfance : le Minitel, le Club Dorothée, les tamagotchis ou encore Mario.

Le spectacle est animé par le joyeux Davy Mourier, présentateur sur No life, auteur et dessinateur incarnant à la perfection l’esprit geek et loufoque de la soirée. Vêtu de son t-shirt jaune d’adolescent, il présente avec brio cette cérémonie avec une joie et une sympathie communicative. A la manière du Doc de Retour vers le futur, il nous transporte dans le passé, à la redécouverte des technologies et autres machines qui ont transformé nos vies.

Pendant plus de 3 heures, les spectateurs du Grand Rex font un retour dans le temps à travers des magnetos revenant par tranche de 5 ans sur les années de 1975 à 2000. Grâce aux nombreuses archives mis à disposition par l’INA, nous replongeons dans un univers surnaturelle et insolite tant il semble dépassé : le baladeur cd, le premier ordinateur portable, la nintendo NES.

La soirée alterne entre magnetos et sketchs plus ou moins réussis de comédiens/youtubeurs. Kyan Khojandi au violon et Navo dans le Rêve sont particulièrement réjouissants par exemple ou encore Yacine et Dedo avec leur chanson du geek, mais également avec des reprises de générique de dessins animés – mention spéciale pour Oldelaf toujours aussi étonnant avec sa reprise de la tristitude actualisée – de Goldorak ou encore des mystérieuses cités d’or. Performance réussie également pour PV Nova, lunette au nez, qui reprend au kazulélé la bande originale de Ghostbuster en français : les chasseurs de fantômes.

Pour les plus geeks d’entre nous, il s’agissait aussi de découvrir en exclusivité une vidéo du clownesque joueur du grenier. Chemise hawaïenne jaune comme toujours, il  relate avec humour, ô combien, non, non, non, ce n’était pas mieux avant !

La fin de soirée est marquée par l’arrivée surprise de l’imitateur Gérard Dahan et surtout de sa célèbre marionnette : Nag des Minikeums. Le paroxysme de la nostalgie est à son maximum et tout le monde reprend en cœur : Mélissa, non ne pleurs pas, oh oh oh. Puis c’est au tour de James Master – le ténébreux Spike de la série Buffy contre les vampires – de faire crier le public féminin de la salle. Resté plus longtemps après son passage à la Comic Con de Paris, l’acteur-musicien est venu interpréter deux chansons de son nouvel album pour le plus grand bonheur de ses fans, clôturant de sa voix grave cette surprenante soirée.

Malgré des sketchs inégaux, des petites longueurs au cours des magnetos, la soirée fut réussie et les spectateurs comblés. Plus de 3 heures de shows, de souvenirs qui ont marqué et marqueront encore nos années. Pour leur première édition le pari du FUP semble réalisé : rassembler et faire rire. Vivement l’année prochaine…

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here