«  Depuis des siècles, notre France est humaniste, cosmopolite, ouverte sur les autres, le monde et l’avenir. Elle n’a jamais été ce pays clos, cette société monochrome et cette identité univoque que les réactionnaires prétendent ressusciter. Face à la tentation du repli qui submerge notre nation, il est temps de reprendre le récit français des mains de ceux qui l’avilissent. Temps de réapprendre à dire et à aimer ce que nous sommes. De retourner aux sources de notre France pour la faire vivre à nouveau ».

 L’histoire aux services de la France

« Pourquoi avons-nous intérêt à étudier l’Histoire ? » Tel était le sujet du dernier baccalauréat  de philosophie de la filière ES. La réponse, Raphaël Glucksmann nous la donne en partie. En cette année d’élections présidentielles, « Notre France dire et aimer ce que nous sommes » est probablement l’un des livres les plus intéressants et instruisants à lire. Ne serait-ce que pour comprendre les maux dont la société française souffre.

Raphaël Glucksmann dresse dès les premières pages, un bilan de la France de 2016 : ce pays où les peurs se sont petit à petit immiscées, où la parole réactionnaire s’est libérée voire imposée. Il décrypte alors dans son récit la construction idéologique de cette pensée dite « réac » : en quoi notre identité, nos frontières, notre religion chrétienne, notre langue, seraient en grand danger actuellement. Raphaël Glucksmann prend alors le temps de soigneusement déconstruire ces idées, une par une. Il s’aide pour cela de notre passé et notre histoire nationale, démontrant alors que la France évolue et se mue depuis le moyen-âge, ce qui est une force. Du roman de Renart à l’humanisme Rabelésien en passant par l’existentialisme de Sartre, ou l’esprit voltairien, Raphaël Glucksmann répond aux déclinistes dans un second temps par les pensées.

https://www.youtube.com/watch?v=iExB5Ev4_ZI

Extrait  « Avant notre langue était pure. Avant ? Avant le scandale planétaire de l’accent circonflexe ? Avant les 140 signes de Twitter ? Avant le « spleen » baudelairien ? Avant qui, avant quoi, avant quand ? (…) La langue nous définit de manière plastique. Si elle ne nous quitte jamais, elle nous accompagne de toutes nos errances. Elle est bien un lien, mais un lien élastique. Jamais elle n’empêchera les statues de Dédale de fuir la nuit, ni n’assignera Renart à résidence identitaire fixe. »

capture-decran-2016-10-18-a-17-00-07

 

Une identité plurielle

Grâce à ses nombreuses déconstructions anaphoriques de la pensée réac, Raphaël Glucksmann nous propose, tout comme Molière à travers son personnage de Tartuffe, des réponses aux nombreux problèmes identitaires contemporains. La France est avant tout philosophique. Notre identité est comme il nous l’explique,  le fruit des pensées cartésiennes, voltairiennes, et rabelaisiennes. Et si au fond, être français reposait uniquement sur le fait de partager un grand nombre des valeurs communes ? Des valeurs portées par une République Française en constante évolution, qui ne sauraient être gravées dans le marbre ? Comme le voudrait pourtant les défenseurs du « c’était mieux avant ». Voila donc la vision apaisée de la France de Raphaël Glucksmann. Que nos ancêtres soient gaulois ou non, notre France est cosmopolite et universaliste. En évolution depuis longtemps et pour toujours. Un livre qu’Untitled Magazine vous conseille de découvrir au plus vite. À lire comme un antidote contre la pensée unique.

capture-decran-2016-10-23-a-13-08-21

Notre France Dire et aimer ce que nous sommes, Raphaël Glucksmann, Allary Éditions, 18,90 €

1 COMMENT

  1. […] Le Nouveau Magazine Littéraire pourrait s’inscrire dans la continuité du travail entrepris par Stéphane Hessel dans son célèbre livre « Indignez-vous ! ». Il pourrait tout aussi bien se situer dans le prolongement de la pensée développée par Raphaël Glucksmann dans son dernier recueil « Notre France : dire et aimer ce que nous sommes ». […]

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here