Pour la cinquième année consécutive, tout l’été, et chaque semaine, Untitled Magazine vous propose trois livres à lire. Que vous soyez dans votre maison de campagne, au bord de la plage, entre amis ou encore au travail, vous devriez trouver votre bonheur.

Dans le palais de Minos, Nikos Kazantzaki

Qui ne connaît pas le mythe du labyrinthe et de son Minotaure ? Que vous soyez familier de la mythologie grecque ou pas, ce roman vous transporte dans le royaume de Crète à l’Antiquité.

Crète. Le Roi Minos règne sans partage sur son royaume ainsi que sur la Grèce. Dans son labyrinthe construit par son architecte, Dédale, vit le Minotaure, qu’il nourrit tous les neufs ans par sept jeunes garçons et sept jeunes filles livrés par le roi Egée d’Athènes. C’est dans ce contexte que le prince d’Athènes, Thésée, décide de briser cette tradition mortelle, en vainquant le Minotaure.

Guidé par les pas de deux jeunes esclaves, Charis et sa soeur Crino, suivante de la princesse Ariane, suivez le parcours du jeune Thésée dans le palais du roi. Roman addictif, qui nous plonge dans les entrailles de la Grèce antique et des mythes, on se passionne pour le sort des personnages. La voix sage et poétique de Nikos Kazantzaki nous fait parcourir le labyrinthe. Une belle manière de redécouvrir ce mythe antique et ses personnages illustres.

« Dans le palais de Minos », Nikos Kazantzaki (traduit du grec par Jacqueline Moatti-Fine), Edition Cambourakis, 440 pages, 13,50 euros

L’America, Michel Moutot

A Marettimo, sur une petite île au large de la Sicile, Vittorino – jeune pêcheur – tombe amoureux de la belle Ana, venue passer l’été dans la maison de son père. Mais lorsqu’il la rencontre, il ne peut se douter que cette histoire l’obligera à fuir à l’autre bout du monde. En effet, Ana est la fille de Salvatore Fontarossa, le puissant chef d’un clan mafieux à Trapani, enrichi dans les vergers de citrons de la ville. Et avec Don Salva, on ne rigole pas avec l’honneur. L’unique nuit passée avec Ana, lui vaudra une condamnation à mort, à laquelle il échappera miraculeusement en tuant son agresseur, le fils aîné de Don Salva. Il sera alors obligé d’abandonner mère et sœurs, et de fuir vers l’Amérique.

A travers le destin de ce personnage, Michel Moutot raconte l’exil de milliers de Siciliens vers le Nouveau Monde, et évoque en quelques pages l’histoire américaine des années 1902 à 1910. En passant par Naples, La Nouvelle-Orléans et New-York, Vittorino tente d’oublier Ana. Au fil des pages, le récit aborde des sujets variés tels que l’implantation de la mafia dans certaines villes italiennes ainsi que son fonctionnement, la vie des Siciliens aux Etats-Unis mais aussi les questions d’insécurité, ou encore de racisme anti-noir.

Avec en toile de fond l’histoire de deux amants en quête de liberté, Michel Moutot signe un roman d’aventure passionnant. 

« L’America », Michel Moutot, Editions Points, 504 pages, 8,80 euros

Le coeur de l’Angleterre, Jonathan Coe

Tandis qu’une crise financière est venue secouer le monde et a engendré une fracture partout en Europe, un fossé culturel ne cesse de se creuser entre les Britanniques. Dans une Angleterre divisée, les riches sont de plus en plus riches et les pauvres de plus en plus pauvres. La classe moyenne quant à elle, se sent délaissée, victime d’une injustice, sans jamais être écoutée.  Mais comment en est-on arrivé là ?

Du premier gouvernement de coalition en Grande-Bretagne aux Jeux Olympiques de 2012, en passant par les émeutes de Londres puis au référendum sur le Brexit, Jonathan Coe signe un roman tordant sur l’histoire politique de l’Angleterre des années 2010. Et alors que les pour et les contre Brexit s’affrontent, c’est sous le point de vue de Doug, Sophie, Benjamin et d’autres que le romancier tente de comprendre son pays. Sans prendre de réelle position pour le Leave ou le Remain, il livre une savante analyse de la situation avec toute sa complexité. 

Plein d’humour, Le coeur de l’Angleterre offre une lecture à la fois éclairante et divertissante, et permet de mieux comprendre la crise politique qui fait rage dans le pays aujourd’hui.

« Le coeur de l’Angleterre », Jonathan Coe (traduit de l’anglais par Josée Kamoun), Editions Folio, 608 pages, 9,20 euros