La vidéaste Carole Roussopoulos avait entrepris peu avant sa mort, en 2009, de réaliser un documentaire sur son amie et camarade féministe Delphine Seyrig. C’est sa petite-fille Callisto Mc Nulty qui terminera ce documentaire en 2019.

Elle y mêle habilement interviews, images d’archive et extraits de films pour nous plonger dans les aventures activistes des deux femmes. Si l’on connaît bien Delphine Seyrig comédienne, qui a joué avec les plus grands réalisateurs de son temps (Truffaut, Demy, Bunuel, Resnais), ce documentaire nous rappelle combien elle s’est engagée pour la cause des femmes. 

Thelma et Louise

Cigarette à la main, Carole raconte Delphine au travers de leur amitié. Les deux femmes se rencontrent au sein d’un stage vidéo organisé par Carole, qui fut la seconde personne en France à acquérir une caméra vidéo, après Jean-Luc Godard. Delphine s’inscrit, et elles deviennent très amies, une amitié fusionnelle et parfois tumultueuse qui sera riche de créations. Delphine voit dans la vidéo une manière de s’exprimer, et de donner la parole aux femmes en s’émancipant de la direction des hommes. Les deux femmes travailleront ensemble pour raconter les femmes, leurs luttes et détourner avec humour les propos sexistes tenus à la télévision de l’époque. 

Extrait du documentaire Delphine et Carole, insoumuses – Callisto Mc Nulty, 2019

Rien de nouveau sous le soleil

Car dans les années 1970 – 1980, à l’antenne, les intervenants tiennent des propos ouvertement sexistes. On trouve dans le documentaire des extraits d’émissions où des personnalités dénigrent les femmes sans aucune pudeur. La parole est très peu donnée aux femmes, même lorsque qu’on parle du droit à l’avortement. Pour ce qui est du cinéma, leur rôle se résume souvent à “Sois belle et tais toi” (titre du documentaire réalisé par Delphine pour justement donner la parole aux actrices) et il y a très peu de femmes réalisatrices. 

Ce sera le combat de Delphine : faire entendre la voix des femmes et lutter contre le sexisme. Elle intervient régulièrement à la télévision, pour parler des femmes dans le cinéma près de Marguerite Duras, du féminisme aux côtés de Simone de Beauvoir, ou encore pour participer à un débat sur le droit à l’avortement. En 1982 elle adresse ses voeux sur Antenne 2 “J’espère qu’en 1983 on saura ce que c’est que le sexisme et qu’on aura des moyens de lutter contre. Alors je souhaite une bonne année aux femmes et aux acteurs. Si mes voeux sont exaucés pour eux, c’est qu’ils seront exaucés pour tout le monde. Bonne année”. On ne peut s’empêcher de penser “Merci Delphine. Où en est-on en 2020?

Ce documentaire est d’autant plus retentissant aujourd’hui. Le combat de Delphine n’est pas encore terminé et de nouvelles “insoumuses” ont pris la relève. Un reproche qu’on pourrait faire à cet excellent documentaire, c’est qu’il est trop court. On aurait aimé rester plus longtemps en compagnie de Delphine et de Carole, et en savoir un peu plus sur la carrière de documentariste de Carole Roussopoulos.

Retrouvez la filmographie de Carole Roussopoulos ici
Retrouvez une sélection de films par et avec Delphine Seyrig (lien vers la VOD à partir de 2,99€)