Dans l’air du temps, Farid Bentoumi propose une comédie délivrant un message important sur la bi-nationalité et la complexité pour bon nombre de personnes de choisir entre deux pays aux cultures très différentes. Accompagné par Franck Gastambide,  Sam (Sami Bouajila), le personnage principal de cette histoire, va tenter de se qualifier pour les jeux Olympiques en ski de fonds pour sauver son entreprise de skis hauts de gamme. Pour cela, l’objectif est simple : réaliser les temps minimum afin d’être sélectionné en tant que candidat pour l’Algérie, pays dont son père est originaire. Un défi sportif complètement fou que va tenter de réaliser le jeune père de famille contre l’avis de sa femme, mais avec tout le soutien de son père, particulièrement fier que son fils tente de renouer avec ses racines.

Copyright Ad Vitam
Copyright Ad Vitam

Sur fond de comédie sociale, Farid Bentoumi raconte ici une histoire inspirée de faits réels, celle de son frère qui a participé en 2006 aux JO d’hiver de Turin. A la fois drôle et touchant, « Good Luck Algeria » surfe sur la même vague que de nombreuses comédies liées au sport comme le mythique « Rasta Rocket » ou encore le plus récent « Eddie The Eagle ». La dynamique est d’ailleurs totalement identique dans tous ces films : un ou plusieurs personnages vont tenter de participer aux Jeux Olympiques, alors qu’ils n’y sont absolument pas prédestinés. Pour l’originalité du scénario, il faudra donc repasser.

Une grande partie du film tourne donc autour de cette relation entre Sam et son pays d’origine, l’Algérie. Il y découvre les difficultés à récupérer une simple aide financière qui lui est dûe, tant la corruption et les détournements d’argent y sont présents. Mais aussi les différences de comportement au sein même des familles françaises et algériennes.

Copyright Ad Vitam
Copyright Ad Vitam

Un film que l’on pourrait croire critique à l’égard de l’Algérie mais qui se trouve largement nuancé par ce père Algérien, dont la mentalité est simple : « Il ne s’est pas battu pour l’intégration mais pour que ses enfants aient le choix ». Loin d’être inoubliable, « Good Luck Algeria » se fond dans la masse des comédies sociales françaises de ces dernières années. On passe un bon moment, le duo Gastambide/Bouajila fonctionne bien. On sort malgré tout déçus de ne pas avoir plus ri, voire pas du tout.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here