Avec Cate Blanchett et Rooney Mara au casting, Todd Haynes à la réalisation ainsi que les nombreux retours positifs de Cannes, cette histoire d’amour entre deux femmes dans un New-York d’après-guerre avait tout pour titiller la curiosité du spectateur. Alors le film Carol arrive-t-il à nous offrir une romance réussie, loin du côté un peu trop académique parfois reproché aux précédentes réalisations de Haynes ?

tumblr_static_2a4wm0wmt6o0kwg4wg4484ss8_2048_v2

Deux femmes. Carol, incarnée par Cate Blanchett, femme sûre d’elle ayant déjà connue des histoires aux côtés de femmes. De l’autre, Therese, jouée par Rooney Mara, beaucoup plus fragile et réservée n’ayant jamais vécue de romance avec une personne du même sexe. En prenant deux personnages totalement contradictoires, Todd Haynes reprend un schéma pour le moins évident mais l’applique avec beaucoup de brio grâce à son duo d’actrices : une bonne partie du succès de Carol repose sur le jeu de celles-ci. Le talent de Cate Blanchett n’est plus à démontrer et la caméra de Haynes ne fait que la sublimer. Le personnage de Carol à travers ses tenues, son style et son bagout dégage quelque chose qui n’est pas sans rappeler les actrices des années 50. Carol est une beauté froide, lassée par la vie. Therese semble beaucoup plus libre malgré son inexpérience, Rooney Mara incarne parfaitement son personnage et ses tourments intérieurs à un époque où l’homosexualité n’est pas reconnue en société et encore moins acceptée.

Cette société est dépeinte avec beaucoup de justesse et on ne peut que féliciter le sens du cadre de Todd Haynes pour nous faire plonger dans ce New-York passé. Les costumes, l’ambiance dégagée à l’écran grâce notamment à la photographie de Edward Lachman… un doux parfum d’une époque révolue mais toujours aussi glamour émane de Carol. Même si certains trouveront rapidement le style trop académique, celui-ci sied à ravir au style du réalisateur : sans en faire des tonnes, Haynes offre de magnifiques plans. La sobriété est de mise.

Cependant, contrairement à ce que beaucoup pourraient croire, Carol n’est pas un film traitant de l’homosexualité à proprement parler, malgré certains passages faisant comprendre que celle-ci est niée par une partie de la société. Il faut prendre le film comme une œuvre cinématographique qui ne fait que conter une histoire d’amour entre deux femmes, sans jugement ou quelconque message. Une histoire d’amour avec ses questionnements, ses problèmes, ses moments de joies, ses peines de cœur… Une histoire d’amour sublimée par deux actrices qui crèvent l’écran dont Rooney Mara récompensée à Cannes pour son interprétation. Malgré cette réussite à ne peut s’empêcher de douter des chances de victoire de Carol aux Golden Globes 2016, la dernière réalisation de Todd Haynes ayant peu de chances face à The Revenant (gagnant tout désigné laissant malheureusement peu de place à la surprise.).

https://www.youtube.com/watch?v=P0SX3kg4jxE

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here