Roman inspiré de l’histoire virale du compte Twitter @DuchessGoldblatt, Comment je suis devenue Duchess Goldblatt nous raconte la genèse de ce personnage fantastique et apprécié de toute une communauté, mais aussi l’histoire de la personne qui se cache derrière.
Moitié autobiographie, moitié fiction, Comment je suis devenue Duchess Goldblatt est le récit d’une éditrice perdue dans sa vie personnelle et professionnelle, et qui va trouver une raison d’exister en se créant un alter ego en la personne de Duchess Goldblatt, célèbre romancière fictive de renom au grand coeur et à l’origine de multiples prix littéraires et associations. Humour, bonté et bienveillance sont les mots-clefs de ce personnage de fiction plus vrai que nature.

Les réseaux contre la solitude

Au milieu d’un désespoir le plus total, notre héroïne, curieuse, souhaite reprendre contact avec d’anciennes connaissances afin de couper court à sa solitude et à son quotidien qui l’ennuie de plus en plus. Le problème, c’est qu’elle ne souhaite pas forcément recréer des liens forts avec ces personnes, mais juste observer ce qu’elles sont devenues. A l’heure des réseaux sociaux où l’anonymat est quasiment impossible, notre éditrice va chercher un moyen de feinter le système afin d’arriver à ses fins :

« – Je serais curieuse de voir ce que fabriquent ces gens. Du moment qu’eux ne peuvent pas me voir.
– Si tu es connectée, ils peuvent te voir, dit-elle. C’est réciproque. C’est tout l’intérêt du truc. Ce n’est pas pour rien qu’on les appelle les réseaux sociaux.
– Peut-être, mais j’ai l’impression que ce n’est pas le moment de m’afficher en public. (…) Tu pourrais me créer un compte anonyme ? demandai-je.
– Anonyme ? Tu veux dire bidon ?
– Non. Je ne veux pas mentir. Je ne veux surtout pas piéger qui que ce soit, répondis-je. J’imagine un compte clairement fictif. J’utiliserais un pseudonyme. »

Et c’est ainsi, qu’au fil de cette discussion avec sa collègue Naomie, naquit Duchess Goldblatt. Le début d’une double vie et d’un jeu très prenant pour notre héroïne.

Doppelganger

L’histoire de Duchess Goldblatt aurait très bien pu s’arrêter aussi rapidement qu’elle avait commencé : « Les choses auraient facilement pu en rester là. J’aurais fini par me lasser et j’aurais fait une croix définitive sur Duchess Goldblatt. Mais un événement inattendu survint. D’autres personnes, qui m’étaient totalement inconnues, se mirent à manifester un intérêt enthousiaste pour Duchess. Je n’en revenais pas. »

A partir de cet instant, la notoriété de ce personnage de la toile va grimper et prendre de l’ampleur. Duchess va réunir autour d’elle une des plus grandes communautés de fans en ligne et va régaler son public par son amour inconditionnel du genre humain. Parmi ses fans, de célèbres écrivains, artistes et chanteurs… Certains vont même jusqu’à l’inviter à leur spectacle. Invitation que Duchess honore, bien sûr, mais comment ne pas décevoir son public une fois en face-à-face ? L’identité de la personne derrière Duchess Goldblatt doit rester un secret. Ce que fait Duchess, notre héroïne ne se le permettrait que rarement. Au concert de Lyle Lovett, sur invitation de ce dernier, les identités vont fusionner et Duchess va pour la première fois rejoindre notre héroïne.

Avec Comment je suis devenue Duchess Goldblatt, les éditions de la table ronde révèlent un texte moderne, drôle et touchant, et surtout qui fait du bien. Une lecture estivale idéale !

« Comment je suis devenue Duchess Goldblatt », Anonymes (traduit par Laura Derajinski) Les éditions de la table ronde, 272 pages, 22 euros.