Avec « Your Name », Makoto Shinkai n’est pas à comparer, comme il a trop souvent été mis en avant, à Hayao Miyazaki : poète de la modernité, il invente une catégorie d’animation visuelle et philosophique unique, peintre des fantasmes et manques propres à l’homme.

Mitsuha, adolescente coincée dans une famille traditionnelle, rêve de quitter ses montagnes natales pour découvrir la vie trépidante de Tokyo. Elle est loin d’imaginer pouvoir vivre l’aventure urbaine dans la peau de… Taki, un jeune lycéen vivant à Tokyo, occupé entre son petit boulot dans un restaurant italien et ses nombreux amis. À travers ses rêves, Mitsuha se voit littéralement propulsée dans la vie du jeune garçon au point qu’elle croit vivre la réalité… Tout bascule lorsqu’elle réalise que Taki rêve également d’une vie dans les montagnes, entouré d’une famille traditionnelle… dans la peau d’une jeune fille ! Une étrange relation s’installe entre leurs deux corps qu’ils accaparent mutuellement. Quel mystère se cache derrière ces rêves étranges qui unissent deux destinées que tout oppose et qui ne se sont jamais rencontrées ?

126595-jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

De l’incompréhension occidentale

Your name a explosé les ventes au box-office japonais. Détrônant Harry Potter, le phénomène Makoto Shinkai fait sensation dans l’archipel nippon. Et pourtant. Malgré ce succès retentissant, nombre de journalistes comparent et réduisent son œuvre au « nouveau Miyazaki ». Désolant d’entendre de tels discours, qui nient de façon évidente tous les éléments qui font de Your Name un film à part dans le paysage de l’animation japonaise. Une constante, apparemment, chez les critiques occidentaux, qui se plaisaient déjà à qualifier de la même façon les œuvres de Mamoru Hosada il y a quelque temps. Même si l’on peut comprendre que la référence à Myiazaki est un excellent moyen d’attirer les foules (d’ailleurs utilisé au Japon aussi), il est regrettable de devoir user de tels ressorts pour susciter l’intérêt du chaland.

© 2016 TOHO CO., LTD. / CoMix Wave Films Inc. / KADOKAWA CORPORATION / East Japan Marketing & Communications,Inc. / AMUSE INC. / voque ting co.,ltd. / Lawson HMV Entertainment, Inc
© 2016 TOHO CO., LTD. / CoMix Wave Films Inc. / KADOKAWA CORPORATION / East Japan Marketing & Communications,Inc. / AMUSE INC. / voque ting co.,ltd. / Lawson HMV Entertainment, Inc

Références culturelles et ontologiques

Si, bien sûr, Makoto Shinkai ne se départit pas de certains codes de l’animation japonaise récente -monstration appuyée des émotions, jeux sur l’imaginaire, jeunes personnages principaux-, il affirme pourtant un style et une poésie loin des productions déjà effectuées. Et pour cause : la référence principale de l’artiste n’est pas un réalisateur, mais l’auteur Haruki Murakami. Une influence que l’on sent très forte dans son traitement des personnages, coincés entre le développement de leurs problématiques personnelles et le besoin de s’en extraire par le biais spirituel.

© 2016 TOHO CO., LTD. / CoMix Wave Films Inc. / KADOKAWA CORPORATION / East Japan Marketing & Communications,Inc. / AMUSE INC. / voque ting co.,ltd. / Lawson HMV Entertainment, Inc
© 2016 TOHO CO., LTD. / CoMix Wave Films Inc. / KADOKAWA CORPORATION / East Japan Marketing & Communications,Inc. / AMUSE INC. / voque ting co.,ltd. / Lawson HMV Entertainment, Inc

Poésie moderne

Les deux jeunes personnages principaux incarnent, en cela, une problématique ontologique majeure, qui pousse tout un chacun à se lancer dans la quête incessante de quelqu’un, ou quelque chose, pour combler un manque dont l’origine est inconnue. On touche ici à ce que Platon conjecturait déjà concernant les relations amoureuses : nous serions nés par paire, Dieu aurait séparé ces paires, et chaque partie de chaque paire passerait sa vie à rechercher sa moitié. Si le propos trouve une issue un peu facile dans l’interprétation de Makoto Shinkai, la réalisation qui l’y mène est si poétique qu’il est dur de s’en offusquer.

© Eurozoom
© Eurozoom

La mythologie fantastique développée par le réalisateur mélange avec brio les temporalités, liées par le fil conducteur d’une poésie qui attache les personnages l’un à l’autre à travers l’espace-temps. Par l’intermédiaire du rêve, Makoto Shinkai brouille les pistes du réalisme, bouscule son spectateur et lui fait adhérer en douceur au développement d’une spiritualité empreinte d’espoir et de joie. Grâce à une réalisation rythmée avec force par une action tendue et de nombreux soubresauts émotionnels, Makoto Shinkai touche tout simplement au sublime. Le souffle court, on s’accroche aux fulgurances visuelles des dessins de Masayoshi Tanaka, qui nous transportent dans un monde unique.

Your Name sera donc à compter parmi la précieuse liste des classiques de l’animation japonaise. Par sa réactualisation poétique de problématiques ontologiques, Makoto Shinkai parvient à transposer ces dernières dans un univers aux frontières métaphoriques et mouvantes qui les déleste de toute leur pesanteur historique. Conte moderne, poésie visuelle, tragédie du manque… Your Name laisse tout simplement coi.

en.pdf24.org    Send article as PDF