Breaking news : c’est bientôt Noël ! Oui, oui, c’est THE info qu’il ne faut pas manquer !(IRONIE). Et en cette période de fête, je vous propose un calendrier de l’avent 24 jours, 24 films, un film par jour donc. (OUF LE COMPTE EST BON !)

 J-12 : Blanche-Neige et les Sept Nains de David Hand (1938)

Dans la série « Révisez vos classiques », Untitled vous propose un retour aux sources même des films de Disney, à savoir Blanche-Neige. Ce dessin animé nous le connaissons tous et nous ne pouvons pas nous imaginer un monde sans lui. Pourtant, ce film a bien failli ne pas voir le jour.

Un film à hauts risques 

Blanche-Neige, en 1938, est un projet qui relève de suicide. Walt Disney n’démord pourtant pas, il va se battre pour le réaliser. À cette époque pas d’animation facile ou numérique, comme on peut le faire aujourd’hui, chaque action est dessinée à la main image par image. 1 seconde film équivaut à 24, pour un film de 1 h 23 comme celui-ci, je vous laisse faire le calcul. À l’époque, des décors sont faits à la main et des calques s’ajoutent avec les personnages en mouvement. Ce procédé est fou pour l’époque. Durant près de quatre ans, 750 personnes travaillent sur le film. L’investissement est tel que Walt fini par hypothéquer sa propre maison pour financer le film. La compagnie est au bord de la faillite. 

Le visage de Blanche-Neige

Pour la création des personnages du film, les dessinateurs ont eu des modèles. Celui de la princesse, c’est Marge Champion.

Marge Champion (source Wikipédia)

Elle est engagée pour servir de modèle gestuel notamment dans sa danse avec les nains. D’ailleurs, cette fameuse danse a été reprise dans un autre film culte des studios Disney, Robin des Bois pour le personnage de Marianne.  

De la banqueroute aux lauriers

Walt Disney a fait un pari celui de révolutionner le monde du cinéma et il a eu raison. En 1937, lors de la sortie en avant-première du film, le public est enthousiaste. Dans les trois mois suivant sa sortie, 20 millions de spectateurs courent voir le film. Aujourd’hui, on comptabilise pas moins de 200 millions de spectateurs pour Blanche-Neige de part le monde. En 1939, ce film reçoit un Oscar spécial pour son inventivité, qui signe l’avènement de l’air de Disney.