Vianney, le triomphe à l’Olympia

0
195

Un concert simple et (très) efficace !

Mardi dernier, c’est à l’Olympia que Vianney venait partager ses Idées blanches. Ce choix est symbolique pour l’artiste qui n’a cessé de répéter « Paris, vous êtes beaux ». Retour sur un show surprenant, mais surtout sur un grand moment de partage.

Première partie

Tout au long de sa tournée, Vianney a permis à trois belles artistes, Alma Forrer, Pomme et Emilie Gassin, d’ouvrir le bal. Ce soir, c’est cette dernière qui a la chance de monter sur la scène mythique de l’Olympia. Tout en sourires, cette jeune australienne de 28 ans livre au public des chansons folk à la fois douces et chantantes, dont la bande originale D’Un homme à la hauteur. Avec cinq morceaux guitare-voix, elle donne le ton de ce qui attend le public tout au long de la soirée : un show simple, sans prétention.

Show must go on.

20h55, celui tant attendu fait son entrée dans un Olympia bondé. Sans prélude, il entame On est bien comme ça. Le public n’est pas long à réagir, la salle s’enflamme. Les chansons s’enchainent, ponctuées d’interventions pleines de l’humour très piquant de Vianney, adressées notamment à une certaine élite présente dans la salle puisqu’en plus des amis du chanteur (entre autres Louane, Nolwenn, Gérard Lenorman) la moitié du gouvernement semblait s’être donné rendez-vous pour venir applaudir l’artiste. Pour Vianney, la seule véritable élite ce soir est celle qui connait ses chansons, où du moins « tentent des trucs ». Il semble en effet, dans la fosse tout du moins, qu’aucune parole n’échappe à la salle. Le public chante chaque chanson avec une telle ferveur que le volume sonore atteint parfois celui de la voix de l’artiste. Tout l’album y passe, et Vianney ajoute à sa setlist deux reprises : celle de Lean On, déjà présente sur son album, mais également Je ne suis pas un héros en hommage à Balavoine, ainsi qu’un inédit fraichement écrit. Pour la première fois la salle est plongée dans le silence. C’est avec délice que l’on découvre ce nouveau titre, très prometteur pour le second album à venir que Vianney promet encore plus «boisé et épuré».

ERKO1605011500-LOCALFR1H-EverPhotoShoot-018

« Du coup il faut que je vous prévienne quand même … Surtout n’attendez pas les musiciens. Ne les attendez pas parce qu’ils ne viendront pas. C’est comme ça que j’aime vivre les concerts ; c’est avec cette guitare et mes chansons. ». Tout est dit ! Vianney revendique sa musique épurée et son choix de chanter en français, choix que l’on valide sans contester. Mais sachez-le, malgré un opus calme, Vianney bouge sur scène et a un style bien à lui ! Sous un jeu de lumière épuré, seul avec ses deux guitares, son pédalier et son micro, le jeune chanteur sait occuper la scène et captive tous les regards. Il est clairement possédé par sa musique et sait même faire danser le public, se servant de sa guitare comme percussion.

Touché par un standing ovation et les petites surprises de ses fans (petits canards volants pour Notre dame des oiseaux, ballons blancs et bracelets lumineux), Vianney finit par conclure « Je me demande si c’est mon concert ou le vôtre ». On se le demande aussi, ce qui n’en a rendu ce moment que plus vivant. Nous apprenons que la soirée a été entièrement filmée. On en est que plus fiers d’avoir mis le feu. C’est avec le sourire que l’on ressort de la salle au bout de presque deux heures d’idées blanches. Simple et efficace à l’image de sa musique, véritable moment de partage avec son public, il n’y a décidément rien à ne redire sur la prestation de l’artiste.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here