Vous le savez maintenant. Sur Untitled on vous parle de soirées, d’événements culturels , de spectacles… et ce qu’on aime par dessus tout, c’est vous faire découvrir des manifestations atypiques, qui sortent de l’ordinaire… et depuis 4 ans, l’agence WATO (We Are The Oracle) nous séduit par ces soirées époustouflantes dans des lieux majestueux. Leur but ? insuffler une nouvelle inspiration à la nuit parisienne à travers des concepts de fêtes atypiques et puissants. Rencontre avec Foulques Jubert, président fondateur de l’agence WATO afin de parler du prochain événement « Venise Sous Paris ». Les 4 premières soirées de janvier sont sold out. 8 nouvelles dates sont mises en vente.

Foulques Jubert, président fondateur de l’agence WATO

L’événement a déjà fait couler beaucoup d’encre… En relevant ce nouveau défi, l’agence WATO compte bien vous faire vivre un événement exceptionnel pour ce début d’année 2016. Interview.

Johanna Gutkind : Quelle est l’histoire de WATO ?

Foulques Jubert : « Après avoir bossé pour plusieurs festivals français, j’ai voulu faire un tour du monde des festivals en 2010. Mon but était de voir ce qui se passait à l’étranger et ainsi voir ce qui manque à Paris.
Pendant 8 mois je suis parti dans 13 pays, voir 24 festivals comme à Ibiza, The Burning Man, kaZantip en Ukraine , dans des forteresses médiévales… Une vraie source d’inspiration notamment pour les lieux incroyables exploités mais aussi pour l’accueil très entertained.
De retour à Paris, j’ai secoué un peu tout ça et je me suis concentré à former une équipe et trouver des lieux atypiques à investir pour faire la fête »

JG : Après l’Underwater III à la piscine Pailleron cet été, vous revenez une nouvelle fois sur un thème « aquatique ». Pourquoi « Venise sous Paris » ?

FJ : « Nos événements partent toujours d’un lieu. De la même manière que la carrière sous une forêt qui nous faisait penser à un temple tellement son plafond était haut (ndJG pour la soirée Les Consipirateurs). Cette fois, c’est un endroit qui évoque immédiatement Venise, un énorme canal, sous Paris, avec une ambiance mystérieuse presque magique. En m’y baladant une fois en bateau, j’ai tout de suite imaginé créer une Venise sous Paris. Le point de départ est toujours la vision de la transformation d’un lieu qui déclenche le thème. »

JG : Combien êtes vous dans l’organisation de ce projet titanesque ?

FJ : « Nous sommes 8 dans l’élaboration du projet, de la conception à la préparation. Entre les acteurs, musiciens, agents de sécurité, bénévoles on tourne à 100/150 personnes par événement. »

JG : Comment avez-vous trouvé le financement ?

FJ : « Pour l’instant ce genre d’événement grand public n’est pas du tout rentable. Notre objectif est de créer des event beaux, grandioses un peu comme Great Gatsby. Pour rentrer dans nos frais nous devrions vendre nos places à 100/150€, évidemment le public ne serait pas au rendez-vous.
Par contre, l’idée est que ça déclenche des commandes corporate auprès des entreprises. Ramener le concept de nos soirées dans un environnement business. »

JG : Vous avez donc cette fois décliné l’événement en plusieurs soirées…

FJ : « Les coûts d’organisation de ce projet sont tellement énormes qu’il est impossible de le rentabiliser en une, deux, trois ou quatre soirées. C’est pour cela que nous avons proposé 8 dates supplémentaires.
On a lancé une première campagne en novembre où on espérait vendre 2000 places et on en a réuni 3000. Le résultat est très satisfaisant. Cela signifie que notre public est bouillant, il nous suit sur nos événements, croit en nous, et est curieux de découvrir quelle est notre nouvelle folie. Suite à cet engouement, nous avons donc prévu 12 dates en tout. »

JG : Comment se sont passées les démarches auprès des institutions, mairie, préfecture ? Avez-vous rencontré des embûches ?

FJ : « L’histoire de cet événement c’est avant tout un lobbying qui a duré plus d’un an.
Je suis allé voir le service technique de l’endroit pour voir si mon idée était faisable, puis je suis allé voir 3 ou 4 cabinets de l’Hotel de Ville de Paris mais aussi les cabinets des 4 arrondissements concernés par le projet. En tout 14 élus ont signé une lettre de soutien au projet, soumise au cabinet de la maire de Paris. Anne Hidalgo nous a donné un avis favorable en juillet. Un projet mené avec lutte afin de convaincre les autorités compétentes. La mairie de Paris a toujours soutenu nos projets.
Le vrai match a été avec la préfecture. Une vraie question se pose : Comment accueillir des evenéments atypiques et faire en sorte que les institutions travaillent ensemble sans mettre de freins au projet?. Ce n’est pas évident. »

JG : Vous revenez donc avec un événement encore plus exceptionnel que les autres ! Pour vos précédentes soirées, vous utilisiez des endroits déjà existants pour investir les lieux, aujourd’hui vous construisez carrément une plateforme afin d’accueillir vos invités… jusqu’où irez-vous ?

FJ : « Pour l’instant nous sommes très concentrés sur ce projet de Venise sous Paris. Pour les suivants, je rêve d’Asie… une thématique japonaise avec des grandes pagodes, exotiques et fun. Maintenant il reste à trouver le lieu. Notre but est de faire voyager le public, sublimer un lieu incroyable et le prendre d’assaut. »