Fouad Laroui raconte avec une très grande proximité la radicalisation d’un jeune Marocain à laquelle répond, en écho, la grande histoire du Moyen-Orient.

Ali vit en France depuis plus de dix ans. Malika, quant à elle, est une jeune institutrice française d’origine Marocaine, qui ne parle pas arabe et ignore tout de la culture de ses ancêtres. Le couple s’installe ensemble, souhaitant vivre à l’occidental. Une histoire qui semble banale, et pourtant ! Rapidement, au fil des pages, un malaise s’installe. Et la perte de l’emploi d’Ali va le faire basculer dans la dépression, la violence et l’horreur. Comment se retrouve t-on alors plongés dans l’enfer et l’horreur de Raqqa, ville syrienne, où règne Daesh sans merci ?

Entre fiction et réalité

Dans le dernier roman de Fouad Laroui, la grande Histoire répond à la petite. Elle vient, rapidement, remuer le passé et changer les destinées. Lawrence d’Arabie, le partage du Moyen-Orient par Sykes et Picot, l’échec de Nasser. Une série de trahisons qui, aujourd’hui, vient bouleverser des millions de vies chaque jour. « Non, ça ne s’est certainement pas passé comme ça. Mais cela ne fait aucune différence : dans l’imaginaire des Arabes, cela s’est passé comme ça […]. C’est important, l’imaginaire des peuples. Ce monde d’idées parfois fausses, de constructions paradoxales, de mythes et de préjugés est parfois plus réel, par ses effets, que le monde réel. ». Avec un ton léger, comme on le lui connaît, l’auteur tente de démontrer comment ces fondamentalistes viennent détruire d’innocentes vies, tout en s’appuyant sur la simple idée du « retour aux origines ». Il analyse, avec une grande finesse, le système qui conduit ces êtres vers les chemins de la radicalisation.

En renvoyant chacune de ces histoires dos à dos, il comble nos lacunes et nous rappelle combien le passé conditionne toujours notre présent. Fouad Laroui nous transporte dans un tourbillon de mots, riche de cette double culture, et nous livre un fabuleux regard sur notre temps. Un roman engagé et puissant qui reste, malheureusement, bien d’actualité.

ce-vain-combat-que-tu-livres-au-monde

Ce vain combat que tu livres au monde, Fouad Laroui, Edition Julliard, 19 euros

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here