Une Histoire de Fou c’est avant tout celle d’une période de l’histoire assez peu connue, le génocide Arménien. Robert Guédiguian revient donc avec ce nouveau film, sorte d’obligation vis-à-vis du peuple Arménien auquel il appartient et se fait l’un des porte-paroles. Prenant place dès 1921 à Berlin, le réalisateur explore plusieurs périodes ignorées de ce meurtre de masse et revient sur ses nombreuses conséquences.

425978

« J’aime penser que les moments les plus importants de l’Histoire ne se produisent pas sur les champs de bataille ou dans les palais, mais dans les cuisines, les chambres à coucher ou les chambres d’enfants » : c’est sur cette citation que s’ouvre Une Histoire de Fou, citation qui prendra tout son sens au fil du récit. Robert Guédiguian nous fait revivre le meurtre de Talaat Pacha, principal responsable du génocide Arménien, par Soghomon Thelirian ainsi que le procès de celui-ci à Berlin. Cette partie du film est importante et superbement bien mise en scène à travers le choix du noir & blanc puisqu’elle permet de comprendre le désir de vengeance d’une poignée d’Arméniens vis-à-vis du gouvernement Turque qui va suivre. Le réalisateur nous présente un homme pleinement conscient de son acte qui va devenir le symbole de l’Armée de libération de l’Arménie que le personnage principal, Aram, va rejoindre soixante plus tard en France.

423946

L’histoire de fou se déroule donc dans les cuisines et chambres à coucher. Dans la maison des parents de Aram, dans la chambre que partage celui-ci et une autre combattante Arménienne, Anahit… Mais ce combat quotidien ne concerne pas que le peuple Arménien car Robert Guédiguian se concentre également sur une victime collatérale des revendications des terroristes, Gilles Tessier. Celui-ci se retrouve malgré lui, petit Parisien étudiant en médecine, au milieu d’un conflit dont il ignorait tout. Dès la perte de l’usage de ses jambes suite à l’explosion d’une bombe le jeune homme est assaillit des protestations du peuple Arémien et le point culminant du film arrive lorsque celui-ci hurle son ras-le-bol d’entendre des complaintes à longueur de temps. Tout comme le spectateur le personnage fait ressentir son exaspération face à cette spirale infernale de la haine.

Le réalisateur nous présente d’autres personnages bien écrits et nuancés. Tout d’abord Aram qui au fur et à mesure des attentats pour faire reconnaître le génocide Arménien par le gouvernement Turque va s’aheurter à des problèmes moraux et remettre en question les ordre de ses supérieurs. A travers ce personnage l’acteur Syrus Shahidi laisse entrevoir toute la rage et l’envie de combattre qui accompagne Aram le tout sous une apparence guerrière (cheveux rasés et barbe) mais dont l’immaturité se laisse tout de même entrevoir. Même constat pour Anahit. Razane Jammal joue une femme aux apparences froides, ne laissant pas de place à sa romance avec Amar mais dont l’attachement se fait ressentir. Un renoncement à l’amour au profit de la guerre. Les parents de Aram eux, jouent le rôle de passerelle entre Gilles Tessier et leur fils, son bourreau, cherchant eux aussi un pardon et un moyen de revoir celui qui a décidé de s’engager dans la lutte armée.

Mais Robert Guédiguian ne justifie pas les attentats mais ne les excuse pas non plus. Le réalisateur se contente de raconter une histoire, celle d’un peuple, les conséquences d’un massacre et la rage la soif de justice qu’il peut engendrer pendant des années. Une histoire de fou porte bien son titre, le film développe une galerie de personnages avec leurs propres quêtes qui peuvent sembler absurdes mais trouvent du sens au fur et à mesure. La multitude des lieux (Berlin, Paris, Beyrouth…) offrent un long voyage de 2h14 explorant des parties de l’histoire parfois oubliées au milieu de décors sublimes. La réalisation assez simple sert le film en n’abusant pas de trop de mise en scène.

Une Histoire de Fou mérite donc amplement sa nomination au 68ème festival de Cannes. Robert Guédiguian livre une petite réussite Française à mettre aux côtés de Asphalte et Les Rois du Monde en cette année 2015.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here