Une page chorégraphiée d’histoire

L’immense danseuse Trisha Brown a résolument révolutionné le monde de la danse contemporaine, explosant les barrières entre les genres. Performances, dessins, peintures et bien sûr chorégraphies furent les sublimes échelons du parcours de celle qui plaça la danse contemporaine dans les musées. Elle entoura et s’entoura des plus grands : Steve Paxton, Yvonne RainerSimone Forti, David Gordon, Lucinda Childs, John Cage, Robert Rauschenberg -qui créa les scénographies vidéos et photos de ses pièces chorégraphiques. Ensemble, ils firent sortir l’art de ses carcans. Dans la rue, dans les théâtres, dans les endroits clos, dans les grands espaces, il s’immisçait partout, la fureur de vivre au corps et l’idée magnifique de coller à la vie.

High Line Roof Piece, June 2011 - crédits : Kevin Vast
High Line Roof Piece, June 2011 – crédits : Kevin Vast

L’art comme révolution

L’art conceptuel se mêlait à l’art du spectacle. C’était le temps de la liberté artistique des années 70 aux USA. La performance sortait l’artiste de la pure représentation et le poussait à éprouver le monde avec son corps, devant le regard des spectateurs. Cette liberté, Trisha Brown la projeta dans le mouvement de ses danses. Elle utilisa le corps comme matière d’expression et fut l’une des principales figures du courant postmodern dance. Trisha Brown était et restera l’une de ces artistes à la grandeur d’âme, à l’implication et au génie qui font avancer l’histoire des arts.

Opal Loop, Cloud Installation, 1980 - crédits : Babette Mangolte
Opal Loop, Cloud Installation, 1980 –
crédits : Babette Mangolte
PDF24    Send article as PDF