Valentin ou pas, tout le monde connaît ou connaitra les désillusions d’une relation amoureuse. Entre passion, désir et intimité, la pièce L’amour dans tout ses états au théâtre du Splendid passe à la loupe ce sentiment remuant, pour mieux le comprendre -et surtout en rire.

Ils s’aiment mais ne se comprennent pas. Tel est le scénario –à priori classique- de la nouvelle pièce actuellement présentée au Théâtre du Splendid. À priori seulement, l’originalité s’incarnant dès le début en un psychothérapeute narrateur actif de l’histoire. Face au public, ce dernier raconte à la sauce Freud, la complexité des relations conjugales avec pour marionnettes inconscientes l’un des couple dont il s’occupe.

Morceaux de vie réalistes

Faite de petites scènettes de la vie quotidienne (de la première rencontre à la première nuit en passant par l’emménagement puis les premières disputes), le spectacle n’épargne rien des situations auxquelles chaque amoureux s’est déjà piqué. Avec dérision, il retrace le parcours –parfois chaotique- d’un couple que tout oppose. Lui (Hervé Pauchon) a besoin d’espace, peur de l’engagement, elle (Camille Bardery) redoute plus que tout l’abandon, ensemble ils ne parviennent pas à s’entendre. Au milieu de ses morceaux de vie plus que réalistes –beaucoup se reconnaitrons dans la dispute futile des vacances par exemple- le psychanalyste apporte son interprétation directement face spectateurs. Ces interventions décalées et inattendues suscitent l’amusement et contribue à réfléchir sur les difficultés relationnelles.

Construite comme une véritable séance de psychanalyse en groupe et en direct, la pièce analyse, décortique et tente de résoudre les malentendus du couple. Attachants, Céline et André deviennent d’ailleurs très vite des personnages que chacun souhaite sauver. À l’image d’un couple d’amis qui se déchire, le public devient à son tour témoin puis confident de ces deux-là, contribuant indirectement à résoudre leurs problèmes. Ce qui pourrait sembler naïf et redondant ; le cliché de la femme accro au shopping, celui de l’homme trop près de la bouteille etc… s’impose finalement comme terriblement efficace.

–> Représentation spéciale mardi 14 février à 20h


Représentations: jeudi, vendredi et samedi à 19h45, samedi à 17h45.
Une comédie de Guy Corneau, Danielle Proulx et Camille Bardery,
mise en scène: Victoire Theismann,
Avec Eric Aubrahn, Camille Bardery et Hervé Pauchon
Au Théâtre du Splendid : 48, rue du Faubourg Saint-Martin, 75010 Paris

PDF24    Send article as PDF