Au Théâtre des Clochards Célestes, dans le Ier arrondissement lyonnais, la saison propose de belles découvertes.

C’est ce 26 janvier que débutent les représentations, au Théâtre des Clochards Célestes, du Horla par la Compagnie Les Yeux Grands Ouverts. L’œuvre de Guy de Maupassant se tient jusqu’au 6 février avec une relâche le dimanche et le lundi. La mise en scène est de Grégory Benoit et c’est avec Stéphane Naigeon.

Compagnie Les Yeux Grands Ouverts
Compagnie Les Yeux Grands Ouverts

C’est ensuite Mademoiselle Rodogune que présente la Compagnie Nosferatu du 10 au 19 février. Cette pièce relève du théâtre chanté et dure 35 minutes. Elle s’adresse à un jeune public, dès 2 ans. C’est avec Barbara Galtier et Grégoire Béranger : « Mlle Rodogune vient d’un pays imaginaire, peuplé d’êtres fantasques, d’un pou et d’une puce … Cantatrice clownesque, elle vit dans une grande robe rouge sur laquelle son majordome musicien vous invite à vous asseoir. Et toute la journée elle chante ! »

Un autre spectacle musical se déroule du 21 février au 2 mars. La Compagnie Une autre Carmen propose Tout c’qui tombe. Créé par Sandrine Le Brun Bonhomme, le spectacle mêle voix et piano. Véronique Navarre, chanteuse lyrique, est sur scène : « Et pourquoi quand ça tombe, c’est toujours par terre ? Et si ça tombait vers le haut ? Ça chute, ça vole, ça s’écrase, ça rebondit. C’est lourd, c’est léger… Mais, est ce que tout tombe… ?»

Du 5 au 18 mars, c’est Assoiffés, d’après Wadji Mouawad, qui prend place. La Compagnie Le Bruit de la Rouille présente du théâtre contemporain. C’est un spectacle sur les rêves, à partir de 13 ans, avec Mélaine Catuogno, Vivien Fedele, Alexandre Streicher : « Boon rêvait de devenir auteur. Il est finalement devenu anthropologue judiciaire. Au lieu de créer un monde qui n’existe pas, il fait voir ce qui n’existe plus. Une nuance insignifiante qui va changer tout le cours de sa vie. Il vient nous raconter son invraisemblable histoire et celle de Silvain Murdoch, mystérieusement disparu le mercredi 6 février 1991, jour de la Saint Gaston. »

Vient ensuite Les Oranges d’Aziz Chouaki du Collectif T. Du 23 mars au 2 avril, Mohamed Brikat revient, avec humour, sur l’Algérie suite à la colonisation de 1830 jusqu’aux années de terrorisme : « Les Oranges retrace l’histoire algérienne depuis la colonisation française de 1830 jusqu’aux années de terrorisme. Aziz Chouaki, algérien exilé à Paris, évoque le trajet de la nation algérienne, rappelant ainsi avec vigueur l’histoire commune de la France et de l’Algérie à ceux qui l’ont oublié. En revenant, à travers un personnage narrateur, sur les différents points forts de la chronologie algérienne, il cherche un sens au parcours encore si chaotique de son pays. »

Le jeune public est à nouveau concerné par Les 2 peintres de la Compagnie Tout CouR. Du 6 au 17 avril, Fabienne Chazel et Jean-Christophe mettent en scène et interprètent de drôles de personnages : « A l’origine du Monde, Un peintre blanc, Un peintre noir. Le peintre noir peint tout en noir. Le peintre blanc peint tout en blanc. Deux univers, deux êtres qui ne pouvaient jusque là, imaginer l’existence de l’autre… »

La Compagnie Une autre Carmen revient pour Rouge. Spectacle musical pour le jeune public, Rouge est accessible dès 1 an. C’est du 20 au 30 avril avec, en alternance, Sandrine Le Brun Bonhomme et Angeline Bouille : « La couleur rouge déroule son fil et nous embarque dans un univers pictural et lyrique. Un personnage manipule des pinceaux, de la peinture, des bouts de chiffons, un sac à géométries variables, des pinces à linge… Il peint le rouge, chante le rouge, invente le rouge… Un air d’opéra émerge, c’est Carmen, elle chante le rouge de la passion et de l’amour… Mais, la couleur rouge peut-elle vivre seule ? Petit Bout de Chiffon Vert vient trouver sa place… C’est l’histoire du rouge et du vert qui n’ont rien en commun mais qui, au fil des rencontres apprennent qu’ils ne peuvent vivre l’un sans l’autre… Histoire d’amour et d’amitié. »

Du 10 au 28 mai, c’est En Acte(s) sur scène. Porté par la Compagnie la Corde Rêve, le projet repose sur un défi pour de jeunes auteurs : 5 semaines d’écritures, 1 semaine pour répéter et une représentation. Le Théâtre des Clochards Célestes participe au projet avec plusieurs représentations programmées. La première pièce est Grozny Panzani Paradis et la seconde Ton tendre silence me violente plus que tout.

Le Collectif Le Bleu d’Armand vient ensuite présenter Pirogue de Jean-Yves Picq. Du 27 mai au 10 juin, la comédie, dès 8 ans, met en scène Zoé Agez-Lohr, Serge Atouga Attougha, Nolwenn Le Doth, Florian Martinet, Anna Pabst, Julien Perrier et Florent Terrier : « Lors de la descente en pirogue d’un fleuve mythique, le Niger, un groupe de six européens mesure, à son insu, la fracture en cours entre les hommes et les femmes. »

La saison se termine avec En avant les poulets de la Compagnie Superlevure. Le conte musical, dès 5 ans, est programmé du 29 juin au 10 juillet, avec Johanna Kraviek (conte, chant et basse), Christophe Durand (voix et percussions), Pat Mistral (voix et guitare) : « Un village en Afrique. Une bande de poulets adolescents. Ils se préparent. Aujourd’hui, ils veulent devenir des poulets guerriers ! Peintures sur le visage, crêtes en crête avec du gel… Ils sont prêts ! Prêts à partir sur le sentier de la guerre ! »

Théâtre des Clochards Célestes

51 rue des Tables Claudiennes

69001 Lyon

Réservations : 04 78 28 34 43 ou billeterie@clochardscelestes.com

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here