Vous êtes perdus parmi les millions de films proposés ? Pas de problème, on revient cette semaine avec notre sélection des films à voir. Au programme, pas de Christian Gray, mais plutôt du Scorsese au Japon, une belle critique de la Fémis et Virginia Woolf adaptée en opéra.

« Silence », réalisé par Martin Scorsese

XVIIème siècle, deux prêtres jésuites se rendent au Japon pour retrouver leur mentor, le père Ferreira, disparu alors qu’il tentait de répandre les enseignements du catholicisme. Au terme d’un dangereux voyage, ils découvrent un pays où le christianisme est décrété illégal et ses fidèles persécutés. Ils devront mener dans la clandestinité cette quête périlleuse qui confrontera leur foi aux pires épreuves.

Tellement attendu, le nouveau Scorsese -adapté de la merveille romanesque qu’est le roman de Shūsaku Endō– ne déçoit pas. Si le réalisateur a eu la main un peu lourde sur les métaphores liées à la foi, il n’en développe pas moins une réflexion fidèle à la profondeur du roman qu’il adapte. Poignante, la caméra de Scorsese filme avec force ces hommes déchirés par le doute intérieur, tragiques protagonistes d’un drame religieux.

https://youtu.be/6xjRkIvtfKw

« Le concours », réalisé par Claire Simon

Plongée dans le concours de la Fémis avec sa caméra. Claire Simon dévoile les coulisses implacables de la sélection de la plus prestigieuse école de cinéma française. Un prestige pourtant souvent éclipsé par la sulfureuse réputation de l’école. Souvent taxée d’être l’un des purs produits du cinéma égocentrique et nombriliste français, de vider les élèves de leur imagination, ou encore d’entretenir des critères de sélection trop mystérieux.

Bourdieu avait déjà grandement critiqué la méritocratie dans son application qui, sans cette réelle égalité des chances, ne sert qu’à maintenir les élites sociales en place. Claire Simon -qui a enseigné à la Fémis au département réalisation- propose dans sa continuité un œil critique sur cette sélection française, avec le concours courageux de la Fémis qui a accepté de se prêter au jeu. Eminemment politique, Le Concours pose de bonnes questions.

https://youtu.be/YVM9OWp63wE

Les oeuvres de Woolf à la Royal Opera House, un triptyque de Wayne McGregor

Wayne McGregor, chorégraphe britannique de talent, associe pour la première fois dans un opéra poignant les thèmes de trois romans de Virginia WoolfMrs Dalloway, Orlando et The Waves. Pour le son, le chorégraphe a fait appel au brillant Max Richter qui a, pour l’occasion, créé un univers sonore moulé sur les impressions tirées de l’oeuvre de Woolf. Pendant 2h45, la Royal Opera House accueille ce travail inédit, qui mêle aux mots le pas d’un danseur et les vibrations d’un concert. Mais comme tout le monde n’a pas la possibilité d’aller à Londres admirer ce chef-d’oeuvre, le Publicis Cinéma, situé sur les Champs-Elysées, diffusera en direct l’opéra sur ses écrans, ce soir à 20h15.

https://youtu.be/l8fP_miyGzo

« Du silence et des ombres », réalisé par Robert Mulligan

Dans une petite ville d’Alabama, au moment de la Grande Dépression, Atticus Finch élève seul ses deux enfants, Jem et Scout. Avocat intègre et rigoureux, il est commis d’office pour défendre un homme noir injustement accusé de viol…

On reprend les mêmes et on recommence. Sortie pour la première fois en 1962, cette adaptation du roman To Kill a Mockingbird n’a pas fini de faire parler d’elle. Assez simple dans son traitement et longue dans son déroulement, la reprise de Robert Mulligan n’en reste pas moins un très beau film humaniste, hommage délicat à l’enfance et à l’amour.

https://youtu.be/nv0NbXJi7rk

SHARE