Provocation, transgression ou encore délit financier… Depuis des décennies, la mode vit au rythme de ses scandales. Après Le Jour d’Avant, le testament d’Alexander McQueen, la ligne Balmain et bien d’autres, Loic Prigent, le réalisateur et journaliste de mode, a décrypté dans un documentaire de 52 minutes les dérapages et coups d’éclats les plus croustillants de la micro-sphère mode, avec l’humour qu’on lui connaît.

Depuis des décennies, la mode raffole des scandales qui l’aident à défrayer la chronique. Entre provocation et réelles transgressions, Loic Prigent, décrypteur de défilés à l’oeil ultra-acéré, retrace dans son nouveau documentaire « Scandales de la mode », les plus grands scandales qu’a connu le milieu.

Les premières images mettent l’accent sur une vautre mémorable de la mannequin Jessica Stam lors du défilé Chloé en 2006, illustrant parfaitement la métaphore de son postulat «  La mode avance par le scandale, industrie amorale stupéfiante, débauchée capricieuse cinglée, elle cultive l’opportunisme, elle adule les divas, elle se fiche de l’étique. Elle est plus capitaliste qu’un banquier… ». Fidèle à lui-même Loic Prigent n’épargnera aucun sujet, ni personne. Les propos antisémite de John Galliano, la comparution de Naomi Campbell dans le dossier des « diamants du sang », les mannequins dénudés de Rick Owens, la misogynie de Coco Chanel… Un pêle-mêle d’images d’archives chics et chocs, liant habilement humour et étude d’une avancée sociétale.

Que ce soit à coup de provocations qui tendent à faire réagir, dans des tristes égarements ou bien avec des réels dérapages condamnables, la mode n’a de cesse de repousser les limites du “politiquement correct” et de la bienséance de son époque pour faire évoluer les codes, pour commenter l’actualité, pour faire vendre ou pour simplement divertir.

Audaces et dérapages

Le milieu de la couture ne s’interdit rien et vend de tout au rayon provocation. On retrouve la transgression amusée du styliste américain Rick Owens, qui suscite un tollé en faisant défiler ses mannequins avec des parties génitales négligemment à l’air. Une manière bien à lui de revendiquer une égalité hommes-femmes. John Galliano en revanche se fait tailler un beau costard par le réalisateur. Il ressort l’affaire de ses propos antisémites qu’on connait, ses addictions multiples ou ses apparitions médiatiques perchées ainsi que son défilé scandale “inspiration clochard” pour la maison Dior en 2002, qui indignait la planète, réclamant des excuses de la part du directeur artistique. Le voilà d’ores et déjà rhabillé pour l’hiver. On (re)découvre également les propos venimeux d’une Coco Chanel en rupture avec son époque dans une interview :“les femmes sont bêtes. […] Dans le monde, trois femmes sont importantes, pas plus.”, en passant par le scandale de la mini-jupe dans les années 60 ou encore une Naomi Campbell connue pour ses frasques et ses retards (y compris au tribunal), paradant en robe du soir Dolce et Gabbana pour se rendre à ses travaux d’intérêts généraux, tandis que des manifestants anti-fourrures se font plaquer au sol par la sécurité des défilés, ou encore manifestante appelant à boycotter les griffes qui n’emploient pas assez de mannequins noires sur les podiums. On découvre l’histoire de la légalisation du port du bikini puis du monokini dans une France encore très prude ou encore le portrait d’Oliviero Toscani à qui on doit les publicités politico-engagées et choc de Benetton. Tom Ford, le roi du porno chic, se retrouvera au coeur d’un incroyable imbroglio économique et aux prises avec le tandem Bergé-Yves Saint Laurent. Kate Moss quand à elle, passera entre les mailles du filet. Aucun focus ne sera fait sur le scandale des photos d’elle, prises coke plein nez, qui avait connu un lynchage médiatique en septembre 2005, suivi d’un retour glorieux sous les feux des projecteurs.

https://www.youtube.com/watch?v=0K6bCogGk0k

Diffusé le samedi 23 juillet 2016 sur Arte à 22h35 en version longue de 52 minutes, « Scandales de la mode » se découpera en épisodes de 10 minutes distillés chaque dimanche de l’été jusqu’au 21 août prochain, selon six thèmes : Transgression, Financier, Divas, Mode, Jeunesse et Éthique. L’occasion idéale de parfaire sa culture mode.

SHARE
Rédactrice Actualité Mode