Après la reprise de son Body and Soul en début d’année à l’Opéra de Paris, Crystal Pite revient dans la capitale avec une adaptation bienvenue et enthousiasmante de la pièce Le Revizor de l’écrivain russe Nicolas Gogol. Créé avec la participation de l’écrivain Jonathon Young, Revisor est à voir jusqu’au 24 avril à la Villette.

Hasard du calendrier ou rapidité d’exécution, Revisor transporte les spectateur.rice.s dans la Russie des années 1830 pour en faire la critique sévère d’un pouvoir infecté par les délires administratifs et la corruption. Une lettre arrive sur le bureau du bourgmestre d’une petite ville russe : un inspecteur (revizor) envoyé par le bureau central va débarquer. Fracas dans les rangs de la notabilité locale, ses membres, affolé.e.s de ce qui pourrait être découvert, prennent le premier étranger venu pour l’envoyé du gouvernement. Dès lors c’est à celui ou celle qui sauvera sa peau au détriment des autres. Le voyageur, simple fonctionnaire et escroc à ses heures, va alors se trouver dépositaire de toutes les bassesses commises ici-bas (pot-de-vin, privatisation, torture, détournement de fonds, etc) et une fois compris le quiproquo, s’en servir contre eux. Voilà pour l’histoire de ces facéties qui ne sont pas sans rappeler celles des personnages de La Chute d’A de Friedrich Dürrenmatt.

Sur scène, cette histoire se traduit de deux manières conjointes. D’un côté les neuf personnages sont interprétés par huit danseur.se.s. De l’autre les paroles de ces mêmes personnages sont dites par neuf comédien.ne.s en voix off. Cet affranchissement mutuel des corps et des mots (de l’esprit pourrait-on dire) participe à une impression d’inquiétante étrangeté ressentie face à ces mouvements aériens artificiellement muets, tout en mettant en avant des connexions entre le verbe et les actes. Fidèle à un procédé déjà utilisé dans Body and Soul, Pite ajoute aux dialogues de la pièce ses indications chorégraphiques. Ambivalentes didascalies qui permettent aux spectateur.rice.s de se repérer face à la possible abstraction de la danse et donc de s’y plonger davantage, mais qui provoquent, dans un mouvement inverse, une réflexion métathéâtral, une vision du spectacle en train de se faire. Cet aspect culmine lorsque le premier acte de la pièce est repris par les danseur.se.s débarrassé.e.s des costumes de la fiction. Jouant sur le désir perfectionniste, le sien mais aussi celui de Gogol qui réécrivit plusieurs fois sa pièce, Pite s’amuse du titre de cette dernière pour réviser sans cesse les mouvements de ses interprètes. La chorégraphe révèle ainsi l’ambiguïté du caractère contrôlant de son entreprise trouvant un certain écho dans la société autoritaire décrite.

En utilisant autant les possibilités du théâtre que celles de la danse, Crystal Pite et Jonathon Young font naviguer les spectateur.rice.s entre émotions viscérales et vastes réflexions. Pris.e.s dans ces gracieux et habiles mouvements, la salle se quitte à reculons.

« Revisor »
texte Jonathon Young
Chorégraphe et direction Crystal Pite
Avec Doug Letheren, Rena Narumi, Matthew Peacock, David Raymond, Ella Rothschild, Cindy Salgado, Jermaine Spivey, Tiffany Tregarthen
Comédien.ne.s en voix off Kathleen Barr, Ryan Beil, Alessandro Juliani, Nicola Lipman, Scott Macneil, Gerard Plunkett, Meg Roe, Amy Rutherford, Jonathon Young

à La Villette avec le Théâtre de la Ville jusqu’au 24 avril.