Ce week end, le salon Retromobile s’arrête porte de Versailles. Si l’on parle souvent d’art, il est des sujets qui s’y rapprochent et les voitures de collection en sont un. On vous explique pourquoi !

Voitures de collection et oeuvre d’art, une alliance qui roule

Allure, bruit, odeur, la voiture ancienne d’exception pourrait bien s’apparenter à une œuvre d’art ! Son esthétique rapporte au plaisir des yeux. Elle est la conjonction entre l’inspiration de l’artiste et le processus de fabrication du constructeur, constructeur qui doit tenir compte des contraintes techniques. Le constructeur se fait alors artisan, designer. Il mêle l’ingénierie à la beauté de l’objet. La voiture dépasse sa fonction première de véhicule pour être propulsée au rang de création. Sa musique ensuite. Le son feutré d’un six cylindres royal ou le staccato d’un gros monocylindre de course qui envoûtent toutes les générations ou l’harmonie propre à chaque combinaison possible des cylindres pourraient être considérés comme harmonie pure. Moteurs en ligne, à plat, en étoile et autres dispositions improbables ont d’ailleurs inspiré des compositeurs contemporains (Andrea Cera, Zad Moultaka, John Cage). Ses parfums, enfin, qui nous enivrent avec ses odeurs d’huile de ricin, de gommes brûlées ou avec celles, plus accueillantes, du cuir que l’on retrouve dans la profondeur d’immenses banquettes en pleine peau. Leur unicité peut aussi être un signe de rapprochement avec l’oeuvre d’art. Certains modèles sont si exceptionnels qu’ils sont construits à l’unité et n’ont plus d’autres buts que d’être exposés.

7.01 Delaney et CHS 1948 © Chausson
Delaney et CHS 1948 © Chausson
Julian Parker Ltd Ballot visit 4 Picture by Jim Holden
Julian Parker Ltd, Ballot visit, Picture by Jim Holden

Une ressemblance des plus déplaisantes

Mais ce qui lie certainement la voiture de collection à l’oeuvre d’art est sans doute son potentiel d’investissement. Les « collectionneurs » sont devenus, pour la plupart, des financiers. Tout comme c’est le cas pour l’art où la passion a vilement été remplacée par la valeur suspectée, la voiture de collection est acquise pour ses estimations à venir. On parie sur la côte d’un véhicule comme on parie sur la valeur d’un artiste. Et c’est bien triste. Pourtant, évidement, il reste de véritables petits bijoux et les férus pourront en témoigner. Rétromobile est à la voiture ce que la FIAC est à l’art. Les époques de production sont différentes, les objets exposés n’ont pas les mêmes visées mais pourtant, entre les spéculations et les prospections monétaires, on retrouve l’expérience esthétique et la fascination de certains. Et rien que pour ça, la définition de l’art se fait commune.

On ne remerciera jamais assez nos papas de nous avoir plongé dans le monde des cylindres quand on était petit <3

Bugatti Type 59 Grand Prix 1934 copyright
Bugatti Type 59 Grand Prix 1934

Rétromobile, du 8 au 12 février 2017
Porte de Versailles, 1 place de la porte de Versailles
Plein tarif : 18€, gratuit pour les moins de 12 ans.

PDF24    Send article as PDF