Le Rae’s apporte son « Australian touch » a la scène bistronomique parisienne dans son restaurant aux allures de loft New-Yorkais, avec une carte éclectique et des produits de haute tenue.

Inauguré en avril 2016, le Rae’s a fait peau neuve pour rouvrir ses portes au mois de novembre. Le voisin du dinner Breakfast in America contraste par sa décoration sobre et élégante. On se sent un peu à la maison dans ce restaurant aux allures de loft new-yorkais.

La carte se veut à l’image du lieu et du propriétaire Vincent Rae, chef australien baroudeur et touche à tout : une composition éclectique et élégante de plats aux inspirations italiennes, avec une attention portée sur la qualité et la saisonnalité des produits.

Pour les accompagner, une carte des vins exhaustive, avec une petite sélection appréciable de vins italiens. Pour les amateurs de cocktails, la maison a revisité des classiques qu’on peut déguster sur le beau bar en marbre situé à l’étage.

Crédits photo : Rae's
Crédits photo : Rae’s

Élégance de l’assiette et qualité du produit

Le midi, comptez 28€ pour un plat avec entrée ou dessert, et 34€ pour un menu complet. Le soir, pas de menu mais une jolie sélection d’entrées, de plats et de desserts qui vont vous donner du fil à retordre dans votre choix.

Les entrées donnent le ton : le dressage élégant fraternise avec des portions généreuses et des produits de belle tenue. On est surpris par la tendreté du poulpe de Meditterrannée, qui s’accorde parfaitement avec le chorizo. Le tout est relevé par un houmous épicé fort agréable. Si vous êtes plutôt carnivore, le vitello tonnato aux câpres frits va vous ravir : on assiste à un beau mariage terre-mer entre la douceur du veau rosé et la sauce au thon et aux anchois. Les câpres apportent une acidité bienvenue à cette entrée, qui nous amène en douceur vers la suite du repas.

On ne résiste pas aux paste de la carte, où figurent plusieurs plats signature de la maison. Les orecchiette au canard confit accompagnées de shiitake et de mascarpone est un plat généreux et réconfortant en ces temps hivernaux. Le canard fond avec délice sous la dent, tandis que le bouillon absorbé par le shiitake explose en bouche. Si la mascarpone paraît plus accessoire dans l’assiette, elle adoucit toutefois les saveurs sans pour autant les masquer. Un délice.

Le Risotto Carnaroli, mélange crémeux et maîtrisé de butternut et de châtaignes. Crédits photo : Claire Gervais
Le Risotto Carnaroli, mélange crémeux et maîtrisé de butternut et de châtaignes. Crédits photo : Claire Gervais

Autre plat signature du Rae’s, le risotto Carnaroli à la courge butternut et aux châtaignes se révèle équilibré dans ses saveurs, en dépit d’ingrédients qui auraient pu donner des notes trop sucrées à ce classique italien. Les morceaux de butternut sont fondants et imprégnés du bouillon légèrement épicé du risotto. Un plat végétalien de haute volée !

Que les amateurs de viande se rassurent, le Rae’s propose quelques pièces de choix dans sa carte: joue de bœuf Puttanesca, suprême de volaille Cacciatore, et une dantesque côte de bœuf Normande maturée pour les duos qui ont les crocs.

Le Semifreddo chocolat blanc et pistaches, avec sa fondante poire pochée. Crédits photo : Claire Gervais
Le Semifreddo chocolat blanc et pistache, avec sa fondante poire pochée. Crédits photo : Claire Gervais

S’il vous n’êtes pas déjà rassasié, vous vous laisserez bien tenté par un dessert ? Spécialité de la maison, le semifreddo au chocolat blanc et pistaches surprend les papilles. On craque pour la croustillance des pistaches grillées et le fondant de la poire pochée qui l’accompagne. Pour les amateurs de classiques, le tiramisu Amaretto reste une valeur sûre, sa généreuse couche de cacao recouvrant une mascarpone crémeuse en diable.

En plus de sortir repu et ravi du Rae’s, on quitte les lieux avec le doux sentiment d’avoir vécu un moment privilégié. On revient pour la beauté du cadre comme pour l’excellence de l’assiette.

Rae’s
39, rue des Jeûneurs
75002 Paris

PDF24    Send article as PDF