Dans son nouveau roman, Catherine Cusset écrit deux destinées de femmes, aussi éloignées qu’elles semblent. L’auteure nous parle de choix, de remise en question, et de comment se sentir à sa place. 

Il y a d’un côté Clarisse, qui vit à Paris, seule mais très active, divorcée et passionnée par l’Asie, et de l’autre Eve, elle à New-York, mariée et mère de deux enfants, qui tout en étant comblée par cette vie et son travail sent qu’elle a besoin de s’en extraire.

Ces deux femmes ne se connaissent pas mais une triste blessure les unit.

Fresques mêlées

La forme de ce roman donne de la force à son propos. Tout au long du roman, on suit les deux jeunes femmes, des années 80 aux années 2000, leurs récits imbriqués l’un dans l’autre. Les chapitres alternent entre Clarisse et Eve. Sans jamais vraiment comprendre ce qui lie les deux femmes, on les voit évoluer, grandir, devenir femmes. Le lecteur peut se douter que si elles sont toutes deux présentes dans le même récit quelque chose les unit, alors on peut récolter des indices mais tout ne se dévoile qu’à la fin du roman.

« Clarisse Moretti et moi n’avions pas de passé en commun et ne vivions pas sur le même continent. »

La définition du bonheur est une fresque romanesque de la vie de Clarisse et Eve, toujours très réaliste. L’auteure creuse au cœur de leurs peurs les plus intimes, les fait avancer puis tomber et reculer. Sur cette longue période, on les voit connaître leurs premiers amours, leurs premières déceptions mais aussi s’épanouir et s’affranchir des liens qui les trainent en arrière. Catherine Cusset signe un doux roman sur la difficulté d’être de ces deux femmes.

Etre femme

Le corps, la maternité, le désir, le sexualité… Ce sont autant de thèmes que l’on retrouve dans ce roman. C’est aussi par eux que vient ce que Clarisse recherche tant : la définition du bonheur. Catherine Cusset écrit un roman profondément féministe, elle traite du corps de ces héroïnes soumises malgré elles au regard des hommes, comment s’en affranchir et être en paix avec soi-même. La longue histoire de la maternité qu’Eve et Clarisse partagent, l’amour pour leurs enfants et pourtant la difficulté de communiquer avec eux.

« Elle sentait la force que leur donnaient leur confiance et leur amour mutuels. Elle ne se laisserait pas gagner par l’angoisse de sa mère. Ils étaient libres. ils feraient ce qu’ils voulaient de leurs vies. Et ils transmettraient cette liberté à leurs enfants. »

A travers les différentes épreuves comme le viol, la fausse couche, les adultères, que traversent les deux jeunes femmes, Catherine Cusset décrit les failles et les blessures qui s’ouvrent chez elles. Comment s’en sortir ? Comment réussir à voir plus loin ? C’est tout autant de questions que se posent Clarisse et Eve. Ce roman est un vrai plaidoyer pour les femmes.

Catherine Cusset signe un nouveau roman sur deux trajectoires de femmes, qui cherchent leur place dans le monde, tout en étant emportées dans le tourbillon de la vie.

« La définition du bonheur », Catherine Cusset, Editions Gallimard, 352 pages, 20€

Découvrez d’autres livres de l’autrice :