Après avoir salué Michel, son père adoptif dans L’homme qui m’aimait tout bas, et retrouvé Moshé, son père biologique dans Le marcheur de Fès, l’écrivain et journaliste français, Eric Fottorino dresse aujourd’hui un portrait émouvant de sa mère et de ses « dix-sept ans ».

Père(s), mère, frères, famille… Le journaliste se dévoile et guérit en apposant des mots sur les silences et les mensonges qui ont marqué son enfance et son adolescence. Romans subtils, récit-fiction, il continue de creuser ces non-dits à la recherche de ses origines.

Voyage en mer

Durant plus de cinquante ans, il s’est posé des questions, il a fui. Pas son origine, pas son histoire, sa mère. Cette maman, qu’il n’appelle que par son prénom, Lina. Mais à 17 ans, est-on réellement maman ? A travers ce nouvel ouvrage, Eric Fottorino nous plonge dans son intimité profonde, dans laquelle il fouille, enquête et traverse les méandres de sa mémoire.

Sentiment d’abandon, désamour, rejet, empêchement d’aimer… Voilà la relation qu’il a tissée avec sa mère. Sur le tard, Eric revient à Nice, sa ville de naissance, bien décidé à trouver les réponses à ses questions. « L’être humain est comme une mayonnaise. Pour que ça prenne, il faut verser les ingrédients au bon moment. Sinon rien ne se passe, c’est trop tard ». Qui est Lina, sa mère, qui l’a eu à 17 ans ? Il ne la connaît pas. Il ne peut la toucher ni la laisser le toucher. Il ne la comprend pas.

Une délivrance

Dix-sept ans, c’est une histoire de réconciliation. Et le récit commence en famille. Lina, 75 ans, convoque ses trois fils à la maison. Un secret est dévoilé. En 1963, Lina a accouché d’une petite fille, Elisabeth. Mais après Eric, considéré comme un « bâtard » fils de Moshé – Juif et Arabe – finalement reparti de l’autre côté de la Méditerranée, sa mère ne peut accepter un nouvel enfant. L’enfant sera placé dans une famille, arraché à la mère. Et ce secret en fait ressortir un second, celui d’Eric et son mal de mère.

Pour comprendre, il retourne à Nice, ville qui l’a seulement vu naître mais précieuse pour Lina. Au coin des rues, il s’imagine sa mère, dans les années 60 déambulant dans le vieux Nice. « La voici dans sa robe de coton clair, avec son début d’enfant et son petit air buté de Marlène Jobert ». Mais il y fera surtout la connaissance de personnages attachants : une mystique juive hantée par la Shoah, le docteur Novac, la danseuse Betty Legrand… C’est ici, à Nice, qu’il tente de renouer avec sa mère.

En bordure de mer, l’auteur reconstitue l’histoire familiale trop longtemps cachée. Sans pudeur, il exprime ce que sa mère, bouleversée par l’amour, n’a jamais su dévoiler. Un beau moment d’échanges concluant un récit poignant !

« Dix-sept ans », Eric Fottorino, Editions Gallimard, 272 pages, 20,50€ – parution le 16 août 2018 

SHARE
Journaliste et fondatrice de untitledmag.fr Contact mail : m.heckenbenner@untitledmag.fr